Archives

Brice 3 (2016) – 6.5/10



Brice 3

Réalisé par James Huth

Avec Jean Dujardin, Clovis Cornillac, Bruno Salomone
Pays:   France
Genres : Comédie
Durée : 1 h 35 min
Année de production : 2016
6.5/10

Crétin, moqueur mais drôle, Brice de Nice revient dans un second opus (Brice 3 car il a cassé le 2, fallait oser!) qui fait bien plus référence aux sketchs originaux que le premier film balourd et peu enjôleur, même si certains le définissent de culte.

Rares sont les suites plus réussies, mais j’ai trouvé les répliques bien meilleures que le premier film nous replongeant dans les mythiques frasques de MC Saturn et Brice durant leurs vacances dans les années 90: Pas de violence, c’est les vacances! On appréciera aussi le petit clin d’œil à la « Bande du Carré Blanc » dixit les « Nous Ç  Nous » venant sauver Brice du naufrage pour l’accompagner vers Hawaï durant une petite comédie musicale!

L’humour est débile, il faut aimer les jeux-de-mots-laids. Faut être parfois attentif pour capter toutes les références et même si le niveau intellectuel est au niveau de Brice, on rit favorablement aux multiples « cassages ». Le retour de Marius, que j’avais peu apprécié dans le premier film, est un peu mieux intégré à l’intrigue. Et le « fight » final contre « Braïce »d’Hawai est bien fun, à l’image de son partenaire Brice de Nice! la ville de Nice n’est plus au centre de l’intrigue, Brice s’exporte dévoilant ainsi de jolis paysages, sous le signe du « Yellow ». Finalement cette suite est la bienvenue, elle me me donnerait presque envie de redonner une chance au premier film, au risque d’être encore plus déçu…

Brice est devenu un personnage humoristique incontournable. Le fait qu’il soit interprété par le « bankable » Jean Dujardin rend le film encore plus récréatif et lucratif. Mais le plus appréciable est de voir qu’un acteur de cette stature n’oublie pas d’où il vient, c’est-à-dire du one man show, et qu’il arrive à faire encore des films où il en oublie son sérieux. Allez Brice, j’t’ai pas cassé!

Radiostars (2013) – 3/10



Radiostars

Réalisé par Romain Levy

Avec Manu Payet, Clovis Cornillac, Douglas Attal
Pays :  France
Genres : Comédie
Durée : 1 h 40 min
Année de production : 2012
3/10

C’est censé être drôle? Non parce que des sourires j’ai du en décrocher sur les doigts de la main. Entre les « Ta gueule » et  « Je t’encule », suivez un groupe d’animateur radio aussi talentueux et immature que Difool, wouhou!. Bon allez c’est naze, j’ai cru au départ rire, mais en faite non.

Le film à une petite trame, avec pleins de gags qui ne servent à rien et qui n’ont finalement pas de sens. Le coup des salles de bain handicapés que se tape Cornillac dans toute les chambres, c’est censé être drôle… ca sert à rien. Le sexe du chauffeur qu’ils cherchent à définir pour aucune véritable raison, ça sert à rien, et en plus faut être con pour ne pas voir que c’est un homme (rire). Les clefs qui tombent dans le ravin, powa trop nul, va les chercher! La sœur de Manu Payet qui s’incruste dans le film sans aucune raison, et qui se tape un des gars sans décrocher une réplique, c’est bidon et surtout ça n’apporte rien.

Clovis Cornillard qui au début est pas mal, fini par être un gueulard fini, il passe son temps à crier sur tout le monde et arrive à nous faire chier. Son petit chef il le fait bien, mais à force on y croit plus. En parlant de chef d’ailleurs, une émission de radio qui fait une tournée en France sans rendre des comptes sur Paris, c’est crédible? Mais oui c’est une comédie mais tentons d’être crédible à minima.

Faudra me virer l’accessoiriste qui est pas capable en deux mois d’été de changer les fringues de Cornillac qui se tape la même veste et la même chemise, et au passage lui dire qu’en été à Marseille, une telle veste à manche longue c’est juste pas possible. Et puis le gimmick avec la clope ça va sur un plan, mais là c’est 100% de ses plans, à croire qu’ils savaient pas quoi lui faire faire si ce n’est que gueuler. Enfin Douglas Attal qu’on pense être le personnage central finalement ne sert à rien, aucune finalité pour lui, il restera dans l’ombre de Payet.

Que reste-il? Un film qui tente quand même d’amener la bonne humeur, même si ça fait pas mal de flop comme leur émission de radio, tout n’est pas à jeter. Manu Payet en tant qu’humoriste ça passe, en acteur c’est pas trop ça non plus. Le gogol qui bégaille emmerde son monde à sortir ses lo–n—gu–es–s répliques et enfin Smithers à la chance de faire un petit pétage de plomb qui réanime le spectateur durant 5 minutes. Bien entendu la chute sur son ticket gagnant c’était du convenu.

Bon allez, si toi aussi tu as 16 ans et que tu veux faire de la radio, inspire-toi de ce film. Wow! Top mégacool!

600 kilos d’or pur (2009) – 2.5/10



600 kilos de merde!

600 Kilos d'Or Pur
Réalisé par Éric Besnard

Avec Clovis Cornillac, Audrey Dana, Claudio Santamaria
Pays :  France
Genres : Aventure
Durée : 1 h 40 min
Année de production : 2010
2.5/10

Du vide. Voilà ce que le film contient. Une soit disant quête autour d’un magot dérobé en Guyane qui nous montre de belles images de la forêt Amazonienne mais qui nous fait tourner en rond pour pas grand chose. Dès le début c’est long à démarrer, on sait où le film va en venir (c’est le synopsis) mais la pellicule prend son temps face à un Corniallac que normalement j’aime bien, reste mauvais en déballant son texte comme une récitation. Même Bruno Solo qui est à l’origine médiocre s’en sort mieux que lui, c’est pour dire. Ensuite à cause d’une conne (Camille) qui va sauver une femme dont on s’en fout, fait prendre du retard à l’hélicoptère en pleine guérilla et donc va malheureusement faire subir des dommages à l’appareil et de ce faite ne pas arriver à destination. C’est vrai qu’avec 600 kg d’or dans les poches, on a bien le temps d’aller aider une femme enceinte sur le tarmac (ca me fait penser à Simon dans La cité de la peur qui dit « Oh, merde! J’ai oublié de coupé l’aspirateur :lol:)

Vient ensuite toute la partie dans la jungle avec des plans du groupe qui marche, puis qui grimpe, qui remarche. Sous le soleil, sous la pluie, dans la rivière, on les à tous, manquait la neige tiens! On a la chance au moins d’avoir un acteur correct en Patrick Chesnais, d’ailleurs il a pris un sacré coup de vieux comme l’apparition de Gérard Klein devenu méconnaissable.

Ca saigne, ca pique, ca râle, le Koh Lanta de Besnard arrive à nous prendre la tête, on a envie de téléphoner à TF1 et de tous les éliminer. La fin se justifie par un grand acte de bravoure de la part de Cornillac, laissant le magot aux Indigènes, qui ont sensiblement pas du tout besoin de lingot d’or pour vivre. Ils sont bien loin de tout ça et le pire c’est que si c’était au moins des billets de banques, ils auraient pu se torcher avec… Pas de chance! :eheh:

Eden log (2007) – 2/10



Eden Log
Réalisé par Franck Vestiel

Avec Clovis Cornillac, Vimala Pons, Zohar Wexler
Pays :  France
Genres : Action, Aventure, Drame, Horreur, Science Fiction, Thriller, Indie
Durée : 1 h 38 min
Année de production : 2007
2/10

Film français qui fait office d’un bon somnifère. Cette fiction est une vraie masturbation cérébrale qui ennuie le spectateur d’un bout à l’autre. J’ai du m’y reprendre a 3 fois pour finir le film et a peine le générique final à l’écran, que j’ai du éjecté d’une force (en tout cas ce qui me restait) la galette du lecteur.

On ne trouve dans le film que des bribes d’images, jamais habitées ni par des personnages, ni par de la fiction, ni même par la moindre idée. Des scènes nous font penser à Matrix ou a Atomik Circus en passant par The Fontain, mais étant donné qu’il n’y a ni âme, ni sens au film, on en retiendra finalement pas grand chose.

Visuellement c’est sympatoch’ y a du travail sur la photo (comme l’affiche du film), mais ca en reste là. Clovis Cornillac s’en sort pas trop mal en interprétant un personnage quasi-muet qui pousse des cris de gorilles en rute (cela dit ca vaut mieux que son personnage d’homme qui a des pouces à la place des pieds dans Brice de Nice).

La fin nous laisse sur notre faim (ou plutôt sur notre oreiller). Je ne sais pas ce qu’il faut comprendre sur ce genre de film de science fiction, si ce n’est qu’il y est quelque chose a comprendre? Faut-il y voir un symbole religieux? Quelle est la morale du film?

Aucune. A éviter!

Asterix aux jeux olympiques (2008) – 4/10



Par toutatis, on a plus la gaule!

Astérix aux Jeux Olympiques
Réalisé par Frédéric Forestier, Thomas Langmann

Avec Clovis Cornillac, Gérard Depardieu, Franck Dubosc
Pays :  Belgique,   Allemagne,   Espagne,   France,   Italie
Genres : Aventure, Comédie, Fantastique, Familial
Durée : 1 h 53 min
Année de production : 2008
4/10

Je suis le seul Français a avoir aimé le 1er opus pour son monde hyper proche de la BD et les guest star à la française, j’avais adoré comme tous le monde la suite de Chabat avec son humour très Canal +… donc je ne pouvais qu’être heureux de voir arriver une suite à cet saga qui normalement n’aurai jamais du avoir de suite selon Goscinny après le passage furtif d’une mise en scène par Gérard Jugnot…

Et voilà alors que j’étais heureux à l’idée de découvrir Astérix et Obélix, moins en pensant que Clavier avait été dissous de l’aventure, la déception est finalement là… Surtout à cause d’un gros point négatif: la réalisation! C’est PI-TO-YA-BLE! Un duo de réalisateur qui on se le demande sont devenus réalisateurs certainement par piston, par papa mais pas pour leurs talents! En effet, le film est saucissonné par des séquences dépassant pas les 5 minutes, puis le tout est recollé sur la table de montage. Il n’y a quasi aucun fil conducteur que ce soit sur le scénario que sur les images… on passe de plan de nuit en plan de jour à l’arrache et sans grand intérêt. Voilà ce qui fusille le film, sa réalisation « bouche-trou ».

Question effets spéciaux ca passe pas si mal en faite, les effets les plus compliqués sont rudement bien foutus alors qu’un simple plan sur fond vert rend assez mal à l’écran mais bon ça passe.

Le film ne devait-il pas être drôle? Là est aussi le problème surtout pour la comédie la plus cher de France! On a la chance de voir sur les dernières minutes un panel de stars très intéressants mais qui sont introduits dans le film de façon ridicules voir inutiles! Encore un souci de réalisation. Enfin Alain Delon oui c’est très bien mais il a autant de scène dans le film que dans la bande-annonce…

Adorant le petit blond et le gros moustachu, j’ai bien envie de mettre la moyenne quand même mais non!

Serpent (Le) (2007) – 9/10



Le serpent
Réalisé par Eric Barbier

Avec Yvan Attal, Clovis Cornillac, Pierre Richard
Pays:   France
Genres : Thriller
Durée : 1 h 59 min
Année de production : 2007
9/10

Excellentisime thriller/polar avec un suspens haletant sur la totalité du film. Cornillac est remarquable (j’aurai jamais cru dire ça un jour – aux antipodes du rôle qu’il a eu de Mr Un Oreteil dans Brice de Nice). Tous les acteurs sont convaincants. À noter tout de même la présence intéressante d’un Pierre Richard bien loin de ses rôles habituels.

La galère que subit Vincent (Yvan Attal) est monumentale, c’est réaliste, ça pourrait bien arriver à n’importe qui. Le peu d’issue face a ce que lui inflige le grand psychopathe, machiavélique, salaud et sanguinaire copain laisse souvent le spectateur dans l’expectative. Les dernières 45 minutes confirment la tendance avec le personnage d’Yvan Attal qui réveille son côté sombre pour contrer son adversaire. Le rythme s’accélère, les scènes d’actions sont rapides et survitaminées, les morts se cumulent et les pièges vachards, sadiques et ultra violents se succèdent, nous prenant au tripes jusqu’à la scène finale.

Le film est très noir, et l’intrigue rondement menée. Un grand film français qui fait passer Ne le dis a personnes pour un film pour fillette…

De l’action, du suspense et une histoire de folie et de vengeance qui se tient avec une petite dimension familiale donne un résultat très réussi. A voir très vite.