Archives

Sully (2016) – 8/10



Sully

Réalisé par Clint Eastwood

Avec Tom Hanks, Aaron Eckhart, Laura Linney
Pays:   États-Unis
Genres : Drame, Histoire
Durée : 1 h 46 min
Année de production : 2016
8/10

Afficher l'image d'origineRetraçant l’amerrissage du Vol 1549 du 15 Janvier 2009, Clint Eastwood réalise un film simple et véritable. Sublimé par Tom « Capitaine Philips » Hanks qui reprend le rôle du pilote Chesley Sullenberger, le personnage de Sully est joué en toute humilité et sensibilité. Tom Hanks est un homme attachant et son personnage l’est tout autant, avec toute la sincérité et le courage qui le caractérise.

Le film exploite la bataille de l’humain face à une bureaucratie féroce qui cherche à imputer au pilote la perte matérielle d’un avion, alors que celui-ci réussit à sauver 155 vies dans un amerrissage héroïque. Un peu comme Flight sorti en 2013, Sully reprend les mêmes ressorts ubuesques sauf que l’histoire est ici vraie. Le réalisateur Clint Eastwood réussit efficacement à mettre en avant toute l’inertie administrative qui oublie parfois la force héroïque du pilote à poser son avion dans des conditions alarmantes. Le film aurait pu se résumer à un simple amerrissage, mais l’intelligence du scénario est de dévoiler les différents points de vue de cet acte héroïque. Ainsi qu’on soit à bord ou à l’extérieur de l’avion, on y ressent chacune des émotions tout en comprenant les enjeux de chacun.

Clint Eastwood réalise ici un film hommage efficace en toute simplicité mettant en avant toute la désolation d’une bureaucratie américaine indélicate et pas toujours reconnaissante. Un plaisant biopic d’un « anonyme » pilote expérimenté qui a réalisé le miracle de l’Hudson en sauvant 155 vies en 2009.

Ninja Turtle 2 (2016) – 5.5/10



Ninja Turtles 2

Réalisé par Dave Green

Avec Megan Fox, Stephen Amell, Will Arnett
Pays:   États-Unis
Genres : Action, Aventure, Comédie, Science Fiction
Durée : 1 h 52 min
Année de production : 2016
5.5/10

L‘idée d’avoir des héros des bas-fonds de la ville personnifiés par des tortues ninjas, mangeuses de pizza, est absurde. Les réadapter au cinéma n’est pas ce qui est de plus brillant mais la fidélité à la BD et au dessin animé est à souligner. Le divertissement fonctionne plus ou moins et la nostalgie autour de personnages annexes qu’on avait oublié nous replonge en enfance, surtout quand on a grandi avec le dessin animé et le mythique jeu sur Nes.

L’humour est parfois très bête et infantilisant et même si le film est loin d’être mémorable dans son genre, il a le mérite de mettre en avant le terrible Krang, l’ennemi que l’on pensait inadaptable à l’écran.

L’influence de Michael Bay, même s’il se contente du fauteuil de producteur, se voit à l’image. La domination des effets numériques est toujours déstabilisante, surtout sur cette vision insupportable des tortues piquées à la testostérone. La répétitivité (devenant ici un gimmick) de certaines scènes « Made in Bay » se fait de nouveau ressentir. Entre combats au sommet de gratte-ciel, trous temporels déployés en direction de l’univers sidéral ou les imposantes course-poursuites sur autoroutes, les productions Bay s’enferment dans du blockbuster formaté. Dans la famille des scènes invraisemblables, on retiendra la scène de chute libre et la jolie course-poursuite d’un tank dévalant des rapides.

L’avantage de cette suite est d’avoir une multitude de personnages déjà installés. Krang aurait mérité cependant d’être un peu plus présent afin d’être approfondie, surtout sur sa genèse. Les quatre tortues montées sur ressorts sont sympathiques et ciblent parfaitement leur public mais leur look n’aide pas foncièrement à les apprécier, au contraire des amusants Bebop et Rocksteady, qui viendront rattraper le coup avec leur terrible et maladroite puissance. En effet, le phacochère et le rhino, deux abrutis d’ennemis, amusent continuellement la galerie sans jamais nous ennuyer et permettront de combler quelques vides. Finalement, les personnages haut en couleur sont « presque » dépaysants, bien plus que la sensuelle et affriolante Megan Fox.

Ninja Turtle 2 assume son aspect cartoonesque en restant fidèle à ses origines. On apprécie le spectacle avec les ennemis culte de la série, cependant on déchante rapidement face au faible scénario et l’infantilisante intrigue.

Vie de David Gale (La) (2003) – 8/10



La Vie de David Gale
Réalisé par Alan Parker

Avec Kevin Spacey, Kate Winslet, Laura Linney
Pays :  Allemagne,   États-Unis
Genres : Crime, Drame, Thriller
Durée : 2 h 12 min
Année de production : 2003
8/10

Alan Parker aime les sujets sensibles et engagés. Alors que je n’ai vu que le merveilleux Midnight express avec un sujet difficile, nous voilà de nouveau dans un film certes moins dur mais qui laisse quand même réfléchir sur un sujet à débat. La peine de mort est souvent matière à discussion, y a les gens qui sont « pour » et les autres qui sont « contre ». Les arguments sont souvent justifiables des deux cotés, y a du bon comme du mauvais et ce film finalement souligne bien la position du « contre » sans non plus faire des préjugés sur le « pour ».

Kevin Spacey se lance dans un puissant combat, dans une réalité assez bouleversante, mené avec brio par l’enquêtrice Kate Winslet (quoi on a pas vu ses seins dans ce film?). L’intrigue est parfaitement tenue, efficace et laisse le spectateur en haleine. La fin nous dévoile une, puis, deux révélations qui marquera certainement les esprits de tous les spectateurs. La réalisation est au service du scénario qui tient la route, même si on est limite dans un film mielleux et pathétique. Mais c’est cette beauté qui transcende du personnage qu’on apprécie la valeur du message qu’il veut nous offrir.

Un beau combat plein de conviction, peut-être inutile face à la loi, mais a le mérite de soulever un fameux problème de la justice face aux couloirs de la mort. Une approche qui peut être très personnel, face à l'(in)justice que certains personnes peuvent subir et qui cloue définitivement le thème avec une belle morale: Être pleinement humain s’est s’efforcer de vivre par ses idées et ses idéaux, quelques en soient les sacrifices.

Truman Show (The) (1998) – 9.75/10



A quand Truman Burbank en vrai à la TV?

The Truman Show
Réalisé par Peter Weir

Avec Jim Carrey, Laura Linney, Noah Emmerich
Pays :  États-Unis
Genres : Comédie, Drame
Durée : 1 h 42 min
Année de production : 1998
9.75/10

Après avoir relaté quelques mots sur ce film lors d’une très ancienne critique rapatrié sur BoM il y a déjà près de 4 ans, je devais me revoir et refaire une critique digne de ce nom, surtout que les 10/10 sont rares dans mes critiques et vont le devenir encore plus puisque la note ne restera plus avec ce statut après ce troisième visionnage. Pas de panique, le film restera tout de même à son rang de culte!

Alors que la première émission de « réal TV » n’était pas encore apparue sur nos petits écrans dans le monde entier, ce film fait l’effet d’une bombe surtout quand on regarde notre monde d’aujourd’hui surveillé par l’oeil des caméras. Une belle anticipation qui peut avoir une certaine dérive, que l’on subira certainement dans quelques années en mettant en avant le voyeurisme plus que le coté sécuritaire.

Le scénario est magnifiquement recherché mettant en scène Jim Carrey dans des endroits et postures insolites avec des prises de caméra magistralement placée. La réalisation permet d’expliquer le concept sans qu’il n’y ai d’aparté. Tout est bien constitué, il y a un mélange d’émission et de film, ce qui nous donne une étrange sensation d’être entre deux mondes: être entre réalité et fiction.

C’était le premier film sérieux où l’on a découvert Jim Carrey criant de vérité. Le talent de cette acteur s’était déjà fait ressentir sur des films comiques mais là je dois dire que c’est magnifiquement joué. D’ailleurs il ne joue pas, il est lui-même.

Un film superbe, extrêmement bien interprété, vrai et émouvant! Un chef d’œuvre intemporel… Éblouissant d’ingéniosité.