Affiche du film "Qui a peur du diable ?"

Qui a peur du diable? (1992)

Un promoteur embauche quatre jeunes filles pour nettoyer une vieille maison au passé obscur. Le soir venu, un mystérieux visiteur leur remet un paquet contenant un étrange grimoire. Par curiosité, nos charmantes héroïnes vont essayer d’en déchiffrer quelques paragraphes. Cette malencontreuse lecture fera surgir du livre un être démoniaque et lubrique bien décidé à s’intéresser aux occupants des lieux…

Lire la critique →
Affiche du film ""

A la recherche de l’ultra-sex (2014)

Après Message à caractère informatif, Amour, Gloire et Débat d’idées, la série Le Bureau et les films La Personne aux deux personnes et Le Grand Méchant Loup, l’indissociable binôme Nicolas et Bruno s’attaque au détournement de l’univers du porno avec Message à caractère pornographique – À la recherche de l’ultra-sex. Conseillé par les plus grands experts du porno, et après un visionnage de plus de 2 500 films X vintage (de 1974 à 1995), le duo propose une réécriture totalement décalée de ce genre cinématographique méconnu. À partir de séquences de films triés sur le volet, Nicolas et Bruno créent une nouvelle histoire avec la signature si particulière qui a fait le succès de leurs expériences précédentes

Lire la critique →
Affiche du film "Vixen"

Vixen (1968)

Vixen, une femme de petite vertu, vit dans le bush du Nord-Ouest canadien avec son mari aviateur, Tom. Quand Tom est absent à cause de son travail, ou simplement quand il a le dos tourné, Vixen le trompe avec différents partenaires. Un jeune couple de touristes, Dave et Janet, demande l’hospitalité à Tom. Vixen essaie de les séduire tous les deux. D’abord elle s’en prend à Dave, avec qui elle fait l’amour dans la rivière proche, puis c’est au tour de Janet, qui accepte de faire l’amour avec elle après avoir trop bu. Insatiable, Vixen ira jusqu’à avoir un rapport sexuel avec son propre frère, Judd. En revanche, elle éprouve une profonde aversion pour Niles, un ami de Judd, celui-ci étant noir et Vixen étant ouvertement raciste. Après le départ de Dave et Janet, un Écossais au premier abord inoffensif nommé O’Bannion vient demander à Tom de l’emmener aux États-Unis en avion…

Lire la critique →
Affiche du film ""

UltraVixens (1979)

Lavonia, bombe sexuelle, n’est pas satisfaite par Lamar, son mari. Elle se console alors auprès du musculeux éboueur, Mr Peterbuilt tandis que Junkyard Sal, une jeune femme noire phénomènale, oblige Lamar à lui faire l’amour . Soeur Eufaula Roop y mettra bon ordre en administrant à Lamar le traitement évangélique de la « baignoire de la Joie ».

Lire la critique →
Affiche du film ""

MegaVixens (1976)

Après Supervixens, Russ Meyer nous plonge dans son univers de nymphomanes. Perversité, horreur, violence et sexe, une parodie en forme de tourbillon. Dans un château en Bavière, Adolph Schwartz, sosie d’Hitler, se fait dévorer par un piranha jeté dans son bain. Quelque part aux États-Unis, en pleine campagne, Margo Winchester fait son jogging un sein à l’air. Un automobiliste l’attire dans sa voiture, l’assomme et la viole. À son réveil, elle le tue, puis se fait engager comme serveuse par Alice, patronne de bar dans le bled voisin. Les formes avantageuses de Margo ne tardent pas à attirer une foule de clients mâles…

Lire la critique →

Nymphomaniacs – Volume I (2014)

La folle et poétique histoire du parcours érotique d’une femme, de sa naissance jusqu’à l’âge de 50 ans, racontée par le personnage principal, Joe, qui s’est auto-diagnostiquée nymphomane. Par une froide soirée d’hiver, le vieux et charmant célibataire Seligman découvre Joe dans une ruelle, rouée de coups. Après l’avoir ramenée chez lui, il soigne ses blessures et l’interroge sur sa vie. Seligman écoute intensément Joe lui raconter en huit chapitres successifs le récit de sa vie aux multiples ramifications et facettes, riche en associations et en incidents de parcours.

Lire la critique →

Ken Park (2002)

Un tableau provocant d’adolescents américains de classe moyenne qui trompent leur ennui avec du sexe, de la violence et de la perversion à Visalia, une petite ville de Californie. Leurs parents sont pour la plupart médiocres, aveugles, méprisants et alcooliques.

Lire la critique →

Pervert! (2005)

James se rend chez son père dans le désert pour y passer l’été à travailler. Ce dernier est un vieux pervers qui connaît un franc succès auprès des jeunes femmes alors que James essuie les échecs coup sur coup. Suite à la soudaine disparition d’une maîtresse du père, James se demande si le vieux n’aurait pas des tendances meurtrières. L’étrange atelier dans lequel il fabrique des sculptures en viande n’a rien de trop rassurant à ses yeux et il décide d’entamer sa petite enquête.

Lire la critique →