12 hommes en colère (1957)

Douze hommes en colère

Réalisé par Sidney Lumet

Avec Henry Fonda, Lee J. Cobb, Ed Begley
Pays:  États-Unis
Genres : Drame
Durée : 1 h 35 min
Année de production : 1957
6.5/10

Premier film de Sidney Lumet et avant tout adaptation d’une pièce de théâtre et ça se voit. J’avais l’impression de voir une pièce de théâtre scindé en plusieurs plans avec des comportements physiques peu naturels (comme la scène où chaque homme se lève pour se retourner un après l’autre – « souvenir de mes années théâtrales »). Du coté des dialogues, là aussi chacun y apporte sa contribution avec sa réplique pour amener le scénario jusqu’à sa fin.

Bien évidement là ou un seul homme (Henri Fonda) est contre les autres dès le début, on imagine bien que le renversement de situation est inévitable et qu’il va tout faire pour se faire entendre et ainsi faire retourner la situation à l’avantage de l’inculpé. Ce huit clos nous amène dans l’envers du décor que nous voyons jamais dans un jugement au tribunal. C’est sympathique, ca donne envie d’en faire partie, même si statistiquement on a peu de chance d’être appelé.

La prouesse de Lumet (même si la pièce de théâtre a du bien l’aider, j’ai voulu faire pareil en adaptant une pièce dans laquelle j’ai joué « Les amazones ») est d’arriver à contenir 12 hommes dans un endroit assez restreint. Il va apporter une atmosphère brulante (qui aide à bien meubler le film aussi) et ainsi lancer un débat intéressant et constructif sur le sort d’un jeune jugé pour le crime de son père.

Ce film met en avant le coté socio-psychologique d’un groupe d’individu qui se côtoie et qui doivent prendre une décision importante (et pourtant qui ne les concerne pas directement), fait certainement plus rare à l’époque par rapport à aujourd’hui. De nos jours beaucoup de huis-clos de ce genre et émissions TV nous propose ce genre d’analyse sur le comportement en communauté et ses déboire. Ici c’est trop théâtral, et scénaristiquement basique mais c’est les prémisses du genre, même si j’attendais un débat bien plus ardant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.