127 heure (2011)

127 Heures

Réalisé par Danny Boyle

Avec James Franco, Kate Mara, Amber Tamblyn
Pays:  Royaume-Uni,   États-Unis
Genres : Aventure, Drame, Thriller
Durée : 1 h 34 min
Année de production : 2010
8/10

Bon déjà c’est clairement le genre de film qui me fascine. La prouesse de garder un spectateur en halène sur une seule et unique situation reste bluffante. Ici, Danny Boyle nous envoies dans les entrailles de l’Utah dès les premières minutes. Au début on a l’impression de voir la bande-annonce car la totalité des images de la promotion du film sont dans le premier quart d’heure, mais dès lors où Aron Ralston s’emprisonne sous un rocher, on est captivé sur la façon dont il va s’en sortir. La réalisation est de toute beauté, des images magnifiques, et des plans de James Franco maîtrisés.

James Franco mérite sa statuette, sa performance est à la fois touchante, drôle et détendu. Il est naturel, sportif, comme si on découvrait le vrai Aron (bien que je ne le connaisse pas personnellement). Même si la douleur qu’il doit ressentir est pas le point sur lequel la réalisation se concentre, on arrive à passer par des moments d’angoisses, d’espoir et de désespoir. J’ai aussi apprécié les délires qu’ils se prend que ce soit lors de la découverte de Scooby-Doo, l’apparition de ses proches ou le double interview en regard de sa caméra. Le plan des canyons en accéléré jusqu’à arrivé sur la bouteille de soda dans sa voiture est génial, fallait y penser. Comme la promo pour les boissons en tout genre, qui arrive à nous donner soif lors du visionnage du film. A l’instar des fumeurs qui ont apprécié leur cigarette à la sortie du film Le pari, ici on est bien heureux de boire sa bouteille d’eau à la sortie du cinéma.

Comment ne pas résister au saut entre les canyons pour arriver dans cette piscine naturellement bleue? Tout me donne envie dans ce film, sauf l’idée de rester coincé 5 jours dans un canyon. La scène lorsqu’il pleut est un moment heureux au début, mais tout s’écroule, tout va vite, l’étonnement prend l’emprise sur le réalisme du film. Aron s’en sort comme ça? Que néni l’espoir retombe autant pour lui que pour nous. Et là aussi tout vient d’une réalisation bien orchestrée qui nous fait prendre espoir mais pas pour longtemps… On arrive « presque » à se projeter à la place du héros.

Arrive la fameuse scène, celle qui fait tant de bruit sur la toile. Et bien oui c’est dur de résister, on essaye de fuir son regard de l’écran mais on reste captivé par l’évenement qui est entrain de se passer et qui va changer à jamais la vie de Aron. Les spectateurs se cachent, hurlent, la scène est assez effroyable, pour moi elle reste extraordinaire de réalisme. Le talent d’un cinéaste de nous faire grincer les dents lorsqu’il réalise avec une corde à piano représentant le nerf de Aron reste sensationnel. J’ai encore le bruit qui me fait dresser les cheveux sur la tête. L’addition d’un son et d’une image choc fait de cette scène un passage important dans le film, celle de la libération d’un Aron fatigué, mourant mais qui s’accroche à la vie!

Seule scène qui m’a intrigué, erreur ou pas, c’est le plan de Aron en vue d’en haut lorsqu’il nage à la fin et qui a bien deux bras. Un plan qui montre que finalement Aron à une vie qui restera inchangée?

127 heures d’horreur pour Aron, 94 minutes de bonheur pour nous spectateur. C’est réalisé avec brio, c’est beau, c’est cruel, la nature est finalement plus forte que nous, et qui sait peut-être un rocher, une vague, ou une stalactite nous attends quelques part sur Terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.