3 Billboards: Les panneaux de la vengeance (2018)

Le battement d’ailes d’un papillon sur un panneau peut-il provoquer une tornade dans la ville?

3 Billboards : Les Panneaux de la vengeance

Réalisé par Martin McDonagh

Avec Frances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell
Pays:  Royaume-Uni,   États-Unis
Genres : Crime, Drame
Durée : 1 h 55 min
Année de production : 2017
8/10
Résultat de recherche d'images pour "3 Billboards"Précédé d’une belle réputation, 3 Billboards est un drame qui nous entraine dans le dédale de l’Amérique profonde. Parfaitement construites, profondément humaines, les relations sociales d’une petite ville vont être radicalement bouleversées lorsqu’une de ses habitantes parvient à avoir une idée de génie en affichant de fâcheux messages sur les panneaux bordant l’entrée de la ville. Une installation pourtant simple et efficace qui va devenir la caisse de résonance d’une détresse de plusieurs personnages.

Porté par un excellent casting et une écriture habile des protagonistes, le réalisateur Martin McDonagh parvient à faire vivre une belle galerie de personnages. La cohabitation de sentiments contradictoires de ces derniers rend l’intrigue encore plus magistrale. Frances McDormand, attachée à une filmographie aux œuvres particulières et fortes, transperce ici l’écran. Révélation d’une actrice au regard sombre, Mildred Hayes va devenir un des personnages les plus froids et pourtant attachant de ces dernières années. Malgré l’horrible tragédie qui l’afflige, Mildred n’est pas réduite au statut de mère éplorée coincée dans le camp des « gentils ». Elle se révèle odieuse, cruelle et irresponsable. En contrepartie, la mise en scène délaissera le côté « poignant » nécessaire pour pleurer son héroïne, oubliant l’ignominie et la peine qu’a pu subir cette dame.

Woody Harrelson va affirmer la dualité émanée par Mildred en donnant une profondeur immense à son personnage. La dramaturgie fonctionne parfaitement et se renforcera encore plus avec la prestation grandiloquente de Sam Rockwell. Odieux et pourtant remarquable, ce parasite détestable, raciste et imbécile sera progressivement rattrapé par sa conscience dévoilant une capacité à changer de ton de façon effroyable avec toute l’humanité attachante qui en ressort. Il en deviendra la révélation du film!

Avec son faux rythme, le film se déguste petit à petit, avec des changements radicaux de tons et de sentiments. L’œuvre captive progressivement le spectateur, jusqu’à le laisser stoïque devant le générique de fin. Un panneau noir qui nous coupe totalement l’herbe sous le pied. Une frustration qui va alors développer l’envie de comprendre. Une volonté de vouloir finalement se construire une morale sans nécessairement vouloir se faire une fin. Un saisissement qui va rendre l’intrigue tout aussi noble qu’intelligente, tout autant qu’elle était sombre et cohérente.

Saisissant, des personnages aux sentiments contradictoires, une œuvre sur la vengeance totalement novatrice dans son traitement. Un film recommandable!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.