50/50 (2011)

50/50

Réalisé par Jonathan Levine

Avec Joseph Gordon-Levitt, Seth Rogen, Anna Kendrick
Pays:  États-Unis
Genres : Comédie, Drame
Durée : 1 h 39 min
Année de production : 2011
7/10

Me contentant de quelques avis rapides et d’une affiche, je me suis lancé dans ce film pensant me faire une bonne comédie bien drôle. Loupé, c’est carrément pas ça et maintenant que je repense aux affiches teaser postés sur BoM avant la sortie du film, je me dis que l’officiel finalement est bien trompeuse. On est bien loin de la comédie délirante, ici on est sur un film dramatique, sur l’appréhension de la maladie. La maladie du siècle: le cancer.

Un peu comme Titanic (attention référence peu objective), ce film nous annonce la couleur dès le début et nous amène vers une fin que l’ont connait plus ou moins, on imagine bien que Joseph Gordon-Lewit va se battre contre sa maladie, passant par des hauts et des bas, rassemblant sa famille avec un père totalement déconnecté, une petite amie a claquer et un ami toujours positif qui pense qu’à baiser profitant souvent de la maladie de son pote pour arriver à ses fins. Seul le sort de Lewit reste en suspens durant tous le film, on imagine bien sûr le pire, tout en ayant un espoir, chose tout à fait humaine et qu’on vivrait de la sorte pour un ami, un membre de la famille, ou pour nous-même. Ce film d’ailleurs démontre que finalement n’importe qui peut être atteint, qu’il n’y a pas d’age pour être touché et que c’est pas toujours aux autres que ça arrive, même si on le pense toujours dans notre inconscient et heureusement d’ailleurs! Il est difficile d’imaginer que demain, on puisse nous annoncer personnellement un telle nouvelle (croisons les doigts!).

Le film alterne entre humour « simple » sans vulgarité, tristesse et amour. La trame reste hyper classique sur un sujet grave, y a pas de grands rebondissements, c’est sincère et on à l’impression de vivre un peu la maladie du jeune homme par procuration par le faite qu’ici on a le droit à une réalisation très réaliste. C’est scénaristiquement pas très recherché, c’est un film simple qui sonne juste et vrai, qui fait souvent froid dans le dos, surtout quand on redoute cette sale maladie qui nous guète de plus en plus. Allez pour la bonne cause: 7/10.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.