A la poursuite du diamant vert (1984)

À la poursuite du Diamant Vert

Réalisé par Robert Zemeckis

Avec Michael Douglas, Kathleen Turner, Danny DeVito
Pays:   Mexique,   États-Unis
Genres : Action, Aventure, Comédie, Romance
Durée : 1 h 46 min
Année de production : 1984
5.5/10

Casting réputé, réalisateur brillant, composteur talentueux et pourtant le film n’est pas de toute dernière jeunesse, tout le monde vieillit, l’œuvre avec.

Michael Douglas, qui avait déjà remporté un franc succès avec Vol au-dessus d’un nid de coucou en tant que producteur et après avoir fait ses armes à la TV dans les rues de San Francisco en tant qu’acteur, revient au cinéma après 3 ans d’absence suite à un accident de ski. Sa fraicheur de la quarantaine, son charisme emblématique sera le point essentiel pour interpréter Jack Colton, ce nouvel Indiana Douglas. Véritable premier succès pour Michael Douglas, le film multipliera sa notoriété face à un succès à un box office généreux de 116 M$ face à un budget étriqué de 10 M$. Face à la jeune Kathleen Turner, la complicité du duo est trop rapide, tout est trop facile. Par sa jeunesse, elle manque parfois de ténacité, chose qu’elle saura mettre en pratique dans ses prochains films. Danny DeVito viendra gentiment compléter le casting. Ce petit méchant fougueux qui court partout n’est jamais crédible mais il est drôle rien que par sa présence.

Si le film pour l’époque est un bon divertissement, aujourd’hui il semble pas mal dépassé. Le scénario d’aventure est ultra basique, même un peu trop superficiel. La quête du diamant vert est totalement absurde, on n’y croit jamais à leur histoire. Autant la carte au trésor que le diamant précieux sont mal introduits dans l’intrigue. Sans lien, on découvre cette fameuse carte tant convoitée envoyée par la poste qui va nous amener à trouver la pierre précieuse inestimable dans une flaque d’eau au beau milieu d’une grotte. Quelques scènes sont cependant sympathiques dont l’insolite rencontre des deux personnages dans un terrain hostile qu’est la Colombie multipliée par des folles courses-poursuites dans la jungle ou dans la rivière. Quelques cascades rythment le tout et offre tout le cachet d’une production des années 80, voulant rendre son film sincère et divertissant mais qui manque de profondeur pour affronter les années. N’est pas Harrison Ford qui veut! Ni Spielberg, même si c’est son pote Zemeckis qui réalise!

Une comédie romantique qui ne manque pas de charme, malheureusement l’originalité n’est plus au rendez-vous. L’intrigue, à la crédulité excessive, se repose un peu trop facilement sur une aventure stéréotypée autour d’un trésor caché improbable, oubliant le rêve. De plus, même si le duo Douglas/Turner est séduisant, le vilain Danny DeVito aurait mérité d’être un peu plus drôle à défaut d’être méchant.

2 commentaires sur “A la poursuite du diamant vert (1984)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.