Aftershock, l’enfer sur Terre (2013)

Aftershock : L'Enfer sur terre

Réalisé par Nicolás López

Avec Eli Roth, Andrea Osvárt, Ariel Levy
Pays:   Chili,   États-Unis
Genres : Horreur, Thriller
Durée : 1 h 29 min
Année de production : 2013
6/10

Afficher l'image d'origineEli Roth acteur, Eli Roth scénariste, Eli Roth réalisateur, Eli Roth producteur, ce passionné d’hémoglobine aux multiples casquettes est un peu le Robert Rodriguez de l’horreur. Ici c’est avec son image d’acteur qu’il va tenter de conquérir ses fans, surtout que le film n’a pas eu le droit à une sortie cinéma dans notre contrée, laissant que le seul choix de le découvrir en DVD.

Avec un budget minime de 2M$ et un casting de potes, Aftershock est un faux film catastrophe. Il sera l’excuse à Eli Roth de faire croire qu’il sait faire autre chose que de charcuter des victimes, mais la passion autour de l’horrifique le rattrape au galop. La tournure du film va vite devenir malsaine. En effet, même si le film manque d’allure avec des effets médiocres, des scènes qui sentent le plateau de tournage, le malaise est tout de même bien présent. Entre scènes violentes sans concession et viol bestial, les enchaînements de situations terribles et l’acharnement du sort sur les protagonistes font que, plus le film avance, plus on perd espoir de les voir ressortir vivants.

Pourtant tout n’est pas parfait, le film reste bourré de défauts. Sur 80 minutes de film, les 35 premières minutes sont vides autant sur la forme que sur le fond. Les personnages sont présentés mais il ne se passe rien si ce n’est les voir se trémousser en boîte de nuit. Une véritable demi-heure pénible et sans véritable intérêt qui peut dérouter certains spectateurs. Heureusement dès lors où le cataclysme s’abat sur nos héros, le rythme ne s’économisera plus. La Terre tremble, les personnages tentent désespérément de déguerpir vers l’extérieur pour se protéger. Mais la mauvaise idée pour eux est d’aller se terrer sous un tunnel, là où tout est instable. Et comme si la terreur d’un tremblement de Terre ne suffisait pas, des brutes perverses et sataniques sorties de prison vont en profiter pour apporter désordre et chaos dans un monde qui cherche desserrement l’entraide. Rapidement, nous sommes happés par l’esprit de groupe, on cherche avec eux une issue. Et plus on avance, plus on galère dans un monde sans pitié. Les protagonistes meurent les uns derrière les autres et chaque mort est plus ou moins crédible et surtout terrible. On retiendra essentiellement celle

d’Eli Roth bloqué sous un bloc de pierre et brulé vivant
par les abrutis de bagnards. Le petit twist de fin clôturera de façon inattendue
le sort de la dernière survivante. Enfin survivante jusqu’à ce que la vague la frappe!

Avec la patte Eli Roth, fallait s’attendre à voir des scènes malsaines alors que le film est vendu comme un film catastrophe. Même si le résultat fait parfois amateur, l’agonie cauchemardesque que subissent certains protagonistes nous captive dans un monde qui vient de trembler. Avec une certaine réalité du terrain, là ou l’entraide est attendue, certains en profiteront pour créer la terreur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.