Age de glace: la dérive des continents (L’) (2012)

L'Âge de Glace 4 : La Dérive des Continents

Réalisé par Steve Martino, Mike Thurmeier

Avec John Leguizamo, Ray Romano, Chris Wedge
Pays:  États-Unis
Genres : Aventure, Animation, Comédie, Familial
Durée : 1 h 27 min
Année de production : 2012
7.75/10

Et de 4! Et c’est encore réussi. Pas évident de pas se planter dans une franchise mais pour le moment l’œil de Chris Wedge et Carlos Saldanha est suffisamment aiguisé pour ne pas casser leur banquise si habillement équilibré.

Dans la continuité des 3 autres opus, nous revoilà dans le monde de glace avec toujours la même fine équipe qui se mêlera avec de nouveaux personnages dont le grand méchant très réussi. En effet, tout comme Buck dans le précédent film, le capitaine singe apporte un véritable attrait au film. Il est sublimement animé, texturé, et niveau design il en ressort un certain charisme. Il est bien évident qu’on surfe ici sur la vague Pirates des Caraïbes et que le méchant nous fait penser avec sa barbe aux tentacules de Davy Jones, personnage que j’adore aussi. Mais l’intrigue mêle intelligemment les animaux, laissant à chacun sa part du gâteau. Mémé Sid qui je pensais molasse fait souvent sourire. Les gerbilles, adorables petits rongeurs amènent un peu de douceur dans ce monde de br…géant. Scrat fidèle à lui même, tout comme Diego, Manny et Sid.

Le film nous amène à suivre trois groupes. La fine équipe à la recherche du continent, la troupe qui tente de s’évader du continent qui avance, et Scrat (si on le considère en tant que groupe). Cette mixité de scènes permet aux spectateurs de ne pas s’ennuyer, il y a des rebondissements à chaque instant dans chacun des groupes. Niveau rythme ca ne s’arrête jamais, même si un des trois groupes est un peu moins intéressants (faute à Pêche et sa crise d’ado) que les deux autres.

Les couleurs sont magnifiques, et les détails sont encore plus travaillés. Même si dès le premier film (y 11 ans déjà!), nous avions été bluffé, la production a fait encore des efforts pour nous offrir une image encore plus parfaite, les années aidant aussi à animer plus facilement de la 3D.

On s’en lasse pas, c’est divertissant et dans la lignée des trois autres films avec une nouvelle histoire, avec une migration qui a un gout de déjà vu quand même, mais qui n’oublies pas l’inventivité des précédentes péripéties.

La seule question qui reste en suspens sur la franchise: Arriveront-ils un jour avec un énième épisode à se planter avant de s’arrêter? On ne l’espère pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.