Albert à l’ouest (2014)

Albert à l'Ouest

Réalisé par Seth MacFarlane

Avec Seth MacFarlane, Charlize Theron, Liam Neeson
Pays:  États-Unis
Genres : Comédie, Western
Durée : 1 h 56 min
Année de production : 2014
3.5/10

albertAvec Ted en première réalisation, Seth MacFarlane avait surpris positivement son public, en tout cas pour ceux qui le connaissait mal à travers la création de ses deux séries animés sur lesquelles il a fait ses armes. J’attendais donc assez fermement ce nouveau film, d’autant plus que la promotion du film présageait du bon en termes d’humour. Mais c’est la douche froide. C’est franchement très con mais surtout pas drôle. De plus, réaliser une comédie de 2h15 c’est déjà franchement pas une bonne idée, surtout si celle-ci n’est pas drôle.

Très porté sur le pipi-caca, on rigole parfois, parce que les situations sont très connes. Mais au final on se rend compte que c’est tellement creux que n’importe quelle situation nous pousserait à rire, histoire de se dire qu’on a fait fonctionner nos zygomatiques au moins une fois par demi-heure. Pas plus.

C’est très basique, tout cousu de fil blanc, on sent bien qu’Albert provoque des blagues sans véritable lien, juste parce qu’il les a écrites ainsi et qu’il faut rentrer dans un délire de scénaristes qui peut être drôle en réunion « sur le papier » mais qui a l’écran fait flop. De plus, la comédie bascule sur une romance à la noix, parasitant totalement l’humour imposé, avec la très jolie Charlize Theron qui s’en sort finalement pas trop mal. Liam Neeson vient se perdre en tant que grand méchant, on est content de le voir mais le rôle n’est absolument pas à sa hauteur. Heureusement qu’il prend ça avec humour. En terme de mise en scène de Steh en tout cas c’est toujours clean et appréciable. Les images de Monument Valley et autres mettent véritablement en valeur les images.

Donc excepté son petit délire chez les Navajos et le ton graphique totalement décalé, quelques cacas dans des chapeaux, il n’en reste pas grand chose de cette comédie. Il a tenté d’imposer son style, sa patte, mais Seth McFarlane au final se retrouve bien seul, tel un cowboy en duel attendant le coup de feu final qui n’arrivera jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.