Alien, le huitième passager (1979)

Alien : Le Huitième Passager

Réalisé par Ridley Scott

Avec Sigourney Weaver, Tom Skerritt, Veronica Cartwright
Pays:  Royaume-Uni,   États-Unis
Genres : Action, Horreur, Science Fiction, Thriller
Durée : 1 h 57 min
Année de production : 1979
9/10

Enfin, je prends le temps de me lancer dans la quadrilogie Alien que j’ai découvert maintenant il y a plus d’une décennie et demi… J’ai enfin découvert la version Director’s cut repris en 2003 par Ridley Scott.

« Dans l’espace personne ne vous entendra crier »! L’affiche donne déjà le ton du film. Alien, ce huis clos spatial est tout simplement grandiose. Déjà le scénario est vraiment excellent, mais quand en plus c’est au service d’une superbe mise en scène agrémenté de décors somptueux, que demander de plus? L’atmosphère dans laquelle baigne le film, est sale, glaçante et flippante. C’est une science-fiction inventive et extrêmement bien réalisé. La manière dont Scott dirige son récit est brillante. Il prend le temps pour présenter les protagonistes puis mettre en place une atmosphère prenante de bout en bout, toujours sombre et crade, d’abord intrigante puis incroyablement angoissante, claustrophobe, frissonnante et cauchemardesque. Toutes les directions prises par Scott sont ingénieuses, que ce soit dans sa façon de faire monter la tension, de mettre en place l’évolution de l’Alien dans le vaisseau et la façon dont va réagir l’équipage ou encore de jouer avec le suspense. Le monde imaginé est surprenant, original et garde une grande part de mystère tout le long du film (et même de la saga). Peu à peu c’est la fragilité humaine qui est mise en évidence. Ridley Scott nous a pondu une merveille en réalisant ce film et Sigourney Weaver interprète son rôle d’héroïne avec brio! L’ambiance doit certes beaucoup au vaisseau Nostromo mais aussi à la musique de Jerry Goldsmith, qui est certes discrète mais stridente et efficace.

Le premier épisode d’une saga mythique qui n’a pas vieilli !  Seul bémol avec le temps, c’est que le film ne m’a pas fait flippé comme il a certainement du le faire il y a quelques années…

Au revoir l’horreur, bonjour la science-fiction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.