Amazing Spiderman 2: le destin d’un héros (The) (2014)

The Amazing Spider-Man : Le Destin d'un héros

Réalisé par Marc Webb

Avec Andrew Garfield, Emma Stone, Jamie Foxx
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Aventure, Fantastique
Durée : 2 h 22 min
Année de production : 2014
5.5/10

Je n’attendais absolument rien de cette suite, du reboot de la trilogie. Même si le premier Amazing m’avait franchement ennuyé en reprenant la même genèse que le film de Raimi, il y avait une chose positive que j’avais souligné en la personne du lézard, un grand méchant inédit et mythique dans la mythologie de l’homme araignée.

Il n’aura pas fallu beaucoup de temps aux scénaristes pour retomber dans la facilité avec du « déjà vu » en  nous ressortant le Bouffon Vert. Heureusement, il sera accompagné de deux autres méchants, Electro et Rhino. Alors pour ce dernier c’est une bonne blague, parce que premièrement dans le comics c’est un personnage/monstre et non une machine (à moins qu’on y découvre la fusion plus tard) et que deuxièmement il ne fera qu’une apparition en fin de film, certes splendide digne d’un diorama, mais trop courte, juste de quoi teaser le troisième film.

Pour Electro, la blague continue. Un acteur noir, histoire d’avoir le quota, qui reprend le personnage du comics sans jamais lui ressembler, que ce soit sur son physique, sa nature ou sur son costume. Il est le personnage le plus complet, on y découvre sa transformation et sa psychologie petit à petit que l’intrigue se dévoile. Il est juste dommage de le voir finalement expédié très vite sans aucun retour. Son design est franchement très médiocre, c’est limite moche, en plus de ne pas être ressemblant au personnage original de Maxwell Dillon.

Reste le « retour » du bouffon vert, enfin sa venu vu qu’on n’est pas censé le connaitre. Alors là c’est foutage de gueule monumental. Il arrive comme un cheveux sur la soupe et reste insipide. Seul son look se calque mieux aux comics. Son père est totalement inexistant, lui qui avait eu un rôle bien imposant dans le premier film de Raimi. Et puis niveau crédibilité ça ne cherche pas à l’être. Alors qu’il découvre son costume et son surf volant dans une vitrine, rien ne l’effraie, il ne cherche pas à comprendre sa destiné ou son but, quelques minutes plus tard il est le bouffon vert aux commandes de cet engin futuriste. Et là encore après une scène, c’est expédié.

Andrew Garfield correct au début devient bien agaçant dans son rôle de Peter Parker. Et on est bon à se le coller encore pour les prochains épisodes. Et si les producteurs continent dans cette inspiration, ils vont nous balancer du Dr Octopus ou du Venom. Gwen Stacy on en parle même pas tellement sa teneur est faible, seul son unique plan est marquant, on en regretterait presque Mary Jane.

Il est juste dommage que le réalisateur se cantonne trop aux méchants, la brèche ouverte sur les parents de Peter était intéressante et aurait mérité d’avoir un peu plus de poids pour la suite. Niveau FX vu le budget on ne va pas trop en dire du mal, même si parfois ca parait brouillon sur certains plans avec une multitude de détails parfois trop nombreux, surtout pour les scènes de nuit.

Au final, si je devais comparer au précédent film j’ai quand même pris plus plaisir (si on peut dire ça comme ça), car même si y a du super-méchants déjà vus ou vite expédiés, ce n’est pas trop téléphoné/pompé, on n’a pas que des scènes identiques aux originaux. On a l’impression au moins de vivre une nouvelle aventure même si l’idée d’être « Amazing » est totalement idiote.

1 commentaire sur “Amazing Spiderman 2: le destin d’un héros (The) (2014)

  1. je trouve qu il y a beaucoup d action mais ses sur avec l homme sable et le bouffon vert ect……… les film était mieux mais quand la femme de Peter meurt ses domage puisque j avait l impression que s etait elle qui tenait le film mais moi j aurais mis un 7/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.