Appel de la forêt (L’) (2020)

L'Appel de la forêt

Réalisé par Chris Sanders

Avec Harrison Ford, Dan Stevens, Colin Woodell
Pays:  Canada,   États-Unis
Genres : Drame, Aventure, Familial
Durée : 1 h 40 min
Année de production : 2020
8/10

Énième adaptation du livre de Jack London, L’appel de la forêt est une ode à la nature qui vous emporte dans une aventure palpitante. Même si cette première réalisation des studios 20th Century studios (donc Disney) semble s’éloigner du livre décriant la cruauté de la nature envers les hommes et les animaux, il en reste pas moins une nouvelle vision intéressante toujours accompagnée d’une certaine émotion. Esthétiquement réussis, les paysages sont grandioses et permettent une véritable évasion.

Critique: “L'Appel de la Forêt” (sans spoilers) - DLPReportLe film est découpé en trois parties accompagnant l’évolution de Buck. Ainsi nous y découvrons ses trois familles et l’environnement qui va lui permettre de passer de chien gâté et insolent à un poste de chef de meute. L’appel de la forêt dévoile une multitude de thématiques en passant par la loyauté, l’amitié, l’empathie, l’abandon, le deuil, l’égoïsme et le partage. Entre réalisme et film d’animation, le film a un peu le cul entre deux chaises. Si la polémique autour des effets numériques semble pointer son bout du nez, il est cependant difficile d’utiliser un véritable animal quand on voit les prouesses imposées par le récit. Ainsi à partir de nouvelles technologies, avec un réalisateur qui a, jusque là, réalisé que des films d’animation, le film semble chercher à innover dans son adaptation au lieu de retranscrire un film déjà existant. Dont une fin assez abrupte pour ce genre de production, étonnant de la part de « 20th Disney »!

Cependant à vouloir donner une âme humaine à l’animal, on lui retire toute son impulsivité. Et lorsque le réalisateur donne au seul chien son instinct adapté au traîneau et à la vie en meute, il en devient « méchant ». Un point reprochable qui dénature la relation homme/animal pour romancer à son paroxysme l’aventure. Le problème c’est que pas mal de spectateurs risquent de ne pas vibrer à regarder le numérique plus que l’animal.

Un beau film d’aventure 2.0. Une épopée qui séduira très certainement petits et grands. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.