Arbre (L’) (2010)

Compétition officielle
Afficher l'image d'origine

L'arbre

Réalisé par Julie Bertuccelli

Avec Charlotte Gainsbourg, Morgana Davies, Marton Csokas
Pays :  Australie,   Allemagne,   France,   Italie
Genres : Drame, Indie, Étranger
Durée : 1 h 40 min
Année de production : 2010
7.75/10

Non ce n’est pas un Malick (Tree of life ayant un mot d’excuse de ses parents, le festival de Cannes se rattrape sur un autre arbre.). Non le film ne se résume pas à un documentaire sur la germination des conifères de l’Amérique centrale. Ce n’est que le second film de Julie Bertucelli. Invité à la clôture du festival de Cannes 2010, j’ai pu apprécier de voir le film qui clôture une semaine très pauvre au vu des montées proposées cette année, et de la sélection très éclectique que l’ont retrouve chaque année à Cannes.

Après l’expérience difficile qu’a entretenu le public avec Antichrist l’année dernière, Charlotte Gainsbourg revient de nouveau sur les marches à Cannes, pour enfin révéler une profonde sincérité dans un film marquant.

Le synopsis arrive à résumer l’histoire dans sa globalité mais aucunement l’émotion. Il est pas évident de faire « vivre » un arbre à l’écran. La réalisatrice arrive à lui donner une âme, on a envie de le protéger, et les évènements qui en découlent font ressortir son âme comme le sixième personnage de la famille.

Charlotte Gainsbourg enfile de nouveau le rôle d’une mère dépressive, mais sa relation avec ses enfants et son mari est bien amenée, bien définie et moins prétentieuse (et oui je sais que BoM aime ce mot) que sa dernière interprétation dans Antichrist. On comprend sa tristesse et ses maux et même si j’ai jamais reconnu le talent de Charlotte là je dois dire qu’elle est juste, elle est dans le vrai. La petite fille, qui joue Simone alias Morgana Davies, est touchante sans entrer dans le larmoyant.

Le film prend sont temps sans perdre le spectateur (ce fût limite pour un échantillon de spectateur), et le final en devient effrayant dans tous les sens du terme. Les images tournée en Australie sont très belles, et même si j’aurai à un moment donné fait une petite coupe au film, j’en ressors satisfait par la vision de cette famille finalement heureuse, même si la fin laisse penser le contraire.

Ami(e)s de la nature, ce film est fait pour vous, mais il ne vous fera aucunement adhérer à Greenpeace, car le film n’amène aucun message du coté des verts, c’est une œuvre qui nous fait juste réaliser que nous sommes consentement dominé par notre belle vieille planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.