Astérix – Le Domaine des Dieux (2014)

Astérix : Le Domaine des Dieux

Réalisé par Alexandre Astier, Louis Clichy

Avec Roger Carel, Alexandre Astier, Lionnel Astier
Pays:   France,   États-Unis
Genres : Aventure, Animation, Comédie
Durée : 1 h 22 min
Année de production : 2014
6.5/10

Alexandre Astier s’empare de sa bande-dessinée préférée avec le 17ème épisode du petit gaulois sortie en 1971 pour réaliser la neuvième adaptation animée au cinéma… et la première en image de synthèse. Louis Clichy, ancien de chez Pixar épaulera Alexandre Astier sur le coté technique. La mixité des deux personnalités est une excellente idée et une attente pour beaucoup.

Graphiquement ce nouvel Astérix en image de synthèse est une sacrée claque. Le lissage, les couleurs, les textures sont magnifiques. La profondeur de l’image est juste ahurissante. On a l’impression d’avoir les personnages qui sortent totalement de l’écran. Jamais un film d’animation français n’a été aussi beau.

Cependant, la forme ne rattrapera pas le fond. Étant pourtant adepte des personnages gaulois, j’ai trouvé cette nouvelle adaptation un peu courte, plate et lisse. Les scénaristes n’hésiteront pas de nous représenter vaguement tous les personnages, bien qu’ils soient connus de tous. On retrouve avec plaisir les allusions à notre culture contemporaine permettant d’avoir une lecture plus adulte. Chaque élément qui font la force de la bande-dessinée sont bien ancré dans cette adaptation. Seule la potion magique, pourtant élément clé de la réussite de la Gaule, sera mise en retrait. Vraisemblablement les scénaristes ont voulu rendre Astérix et Obélix vulnérables, mais en contre partie on est dans l’attente de coup de pompe aux culs des romains. Pour combler ce manque, Astier imposera son humour grivois et ses jeux de mots. Ça fonctionne pas mal, il en parsème un peu tout le long du film, c’est sympathique mais aucune blague ne restera dans les mémoires. On sourit souvent mais on ne se bidonne pas. Astier, bien qu’influencé par son travail sur Kaamelott, n’arrivera pas à la cheville d’un Chabat qui avait imposé son style Canal+ dans le second film « live » en créant ses propres références. Ici, il ne fait qu’adapter en restant au plus proche de la BD sans véritablement prendre des risques, si ce n’est de créer l’ennui.

Astérix « live » a régulièrement changé d’acteur, là où Obélix est resté le même avec Gérard Depardieu. En animation c’est l’inverse avec un Astérix fidèle au poste. Depuis 1967, Roger Carel représente dignement le petit gaulois et répond encore favorablement à son rôle d’Asterix dans cette adaptation d’un autre temps, loin des crayons de couleurs bien taillés de l’époque. Haut de ses 87 ans, on redoute le jour où il partira laissant un vide au village des Gaulois. On s’attend déjà au désastre de la prochaine doublure. M’enfin! Obélix quant à lui changera à nouveau d’interprète. C’est Guillaume Briat qui reprendra le gros joufflu mais sans conviction. Après trois changements de doublure, on s’obstine à vouloir réentendre l’original. C’est déstabilisant, on a du mal à s’y faire et au final on a l’impression de ne pas reconnaitre notre Obélix. Tout comme l’esclave noir qui se retrouve avec une voix hautaine, loin du stéréotype imposé par Uderzo et Goscinny. C’est heureusement pas le cas pour tout le monde, que ce soit César, Panoramix ou Bonemine, le changement ne choque pas, les multiples acteurs se fondent brillamment dans leur personnage. Et même si Cubitus interprété par Elie Semoun nous casse les oreilles, nous sommes satisfaits d’entendre des voix comme celle d’Alain Chabat (Prospectus) ou du regretté Artus de Penguern (Petiminus).

Trop tiède et trop fade, le traitement des personnages nous laisse un peu sur notre faim. Astérix et Obélix manque de complicité et de combativité pourtant dans un film reluisant et attrayant. Même avec de la nostalgie, cette merveille d’animation en devient anecdotique.

2 commentaires sur “Astérix – Le Domaine des Dieux (2014)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.