Au-delà de nos rêves (1998)

Au-delà de nos rêves

Réalisé par Vincent Ward

Avec Robin Williams, Cuba Gooding Jr., Annabella Sciorra
Pays:  Nouvelle-Zélande,   États-Unis
Genres : Drame, Fantastique, Romance
Durée : 1 h 46 min
Année de production : 1998
7/10

Photo du film Au-delà de nos rêves - Photo 6 sur 12 - AlloCinéProfondément triste, encore plus quand on sait que cela est porté par le défunt et brillant Robin Williams, Au-delà de nos rêves dévoile l’envers du décor autour de la mort et du deuil. Nous qui sommes faits de vie, n’imaginons pas ce qui pourrait exister après. Un mystère qui restera éternel et qui trouvera des réponses qu’à travers l’art, dont ici le cinéma.

A partir des écrits du talentueux Richard Matheson, qui n’apportera que des bonnes idées à adapter, le réalisateur Vincent Ward signe une fable touchante et plutôt atypique en situant l’action de son métrage entre paradis et enfer. Robin Williams se révèle émouvant en papa prêt à tout pour réunir les siens dans un au-delà coloré et onirique. L’acteur continue d’éblouir par sa sincérité et son authenticité. Nous apprendrons que, même s’il n’est plus physiquement avec sa femme, il reste lié à elle et ses tableaux. C’est là que la réelle thématique d’au-delà de nos rêves raisonnera.

Les images sont sublimes et ambitieuses. Le réalisateur arrive à mettre des images sur de l’inconnu en conservant le rêve autour du paradis et la froideur de l’enfer. Le mythe d’Orphée est revisité en passant de la colère à l’incompréhension, en passant par le désespoir puis l’espoir, conséquences psychique et physique d’un décès. Le film donne à réfléchir, nous encourageant à ne jamais renoncer. Si nous pouvons choisir dans une certaine mesure notre vie, c’est également nous qui choisissons de faire de notre vie un enfer en passant, ou pas, par le suicide.

Semant en parallèle de nombreux flashbacks illustrant la vie passée de Chris et sa famille, permettant de mieux cerner les émotions, le film est parsemé de longueur et un manque de rythme qui nous décourage parfois. Si le scénario est brillant, sa conclusion est par contre bien trop bancale. La fin est elle aussi bâclée, avec un « happy end » qui sort de l’enfer sans que nous ne comprenions véritablement les arguments, s’ils existent.

Une réalisation imaginative, éloge de l’art capable de transcender la mort. Au-delà de nos rêves mérite une rédemption à la hauteur du talent de son acteur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.