Avengers : Endgame (2019)

Avengers : Endgame

Réalisé par Joe Russo, Anthony Russo

Avec Robert Downey Jr., Chris Evans, Mark Ruffalo
Pays:  États-Unis
Genres : Aventure, Science Fiction, Action
Durée : 3 h 00 min
Année de production : 2019
8.5/10

Image associéeAvengers : Endgame conclut plus de dix années de production Marvel par une conclusion épique et grandiloquente. Les frères Russo avaient mis la barre haute en provoquant l’attente suite au précédent et médiocre opus: Infinity War, et rend hommage à tout un univers riche et complexe d’une multitude de super-héros. Endgame est une épopée longue et intelligente, abordée de façon tragique, la mise en place d’un plan pour sauver l’humanité va lentement se construire, dévoilant les compétences de chacun des personnages.

Entre périodes de deuil et de doute, les personnages les plus emblématiques sont toujours au rendez-vous mais avec une apparence beaucoup plus humaines. Captain America, accablé, intègre un groupe de parole, Iron Man devient un bon père de famille, Thor devient dépressif et Hulk change même d’apparence. Il faudra juste dire à Œil de faucon que la coupe mulet est has been et qu’à vouloir être plus humain, il en devient plus crétin (rires)! Associé aux nouveaux films de la phase 3, Ant-Man refait surface, Spiderman continue de découvrir ses équipements mis en place par son père spirituel, Capitaine Marvel s’implante dans l’équipe, Docteur Strange apportera toute sa platitude et Black Panther viendra faire de la figuration. Sans oublier une horde d’autres personnages annexes, dispensable, bien que jouissif, rien que par leur passage à l’écran.

Le scénario se permet de revisiter son passé, la seule et unique méthode pour ne pas rester dans une nostalgie endeuillée par Thanos, grand vainqueur du précédent film. Un retour aux sources qui dévoilera une myriade d’auto-références à une décennie de fidélité. Le combat final est une véritable claque. Visuellement c’est propre et même si les personnages sont multiples, la lisibilité des combats est impeccable. Captain Marvel, extrêmement puissante, en sera d’ailleurs sous-exploitée pour éviter de rendre la tâche des super-héros un peu trop facile. On regrettera cependant de ne plus voir Hulk se déchainer comme une bête sur certains combats. Hormis ces points, on est souvent soufflé par l’impact des coups, de la ténacité des adversaires et la richesse des décors avec une atmosphère contrastée. L’humour est assez constant, même dans les moments les plus intenses ou tragiques. Hulk offrira sa place de prestige de bouffon à Thor. C’est souvent drôle sans être hilarant, de quoi apporter un peu de légèreté dans cet univers complexe et tortueux.

Le passage de relai à la fin est intelligent. La mise en retraite de certains personnages devient une évidence. On peine à croire qu’une page se tourne. Les adieux sont émouvants pour un probable nouveau retour dans la phase IV. La boucle est bouclée, bravo Marvel, vous avez honorablement battu le combat contre votre plus grand concurrent: DC Comics!

Les frères Russo nous offrent ici un véritable héritage de super-héros au cinéma à la hauteur de celui légué par Stan Lee à travers les comics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.