Black Storm (2014)

Black storm

Réalisé par Steven Quale

Avec Richard Armitage, Sarah Wayne Callies, Matt Walsh
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Thriller
Durée : 1 h 29 min
Année de production : 2014
4.25/10

Avec les films catastrophes on sait généralement où l’on va, le spectaculaire est bien là, les effets sont de rigueur, une priorité mise en avant dans la promo du film mais la catastrophe ici, se trouve au niveau des personnages. Entre les deux abrutis qui se chargent de suivre la tornade muni de leur GoPro collé sur le front sans aucune méfiance du danger et la famille qui se trouve des excuses pour se diviser pour mieux se retrouver c’est franchement pitoyable.

La seule bonne idée du film est finalement la tornade de feu qui vient faire son apparition (allez hop en capture comme ça vous avez tout vu). Peut être pas crédible mais impressionnante. La tornade géante l’est aussi mais comme d’habitude la surenchère dans des situations abracadabrantes nous consterne. Des maisons, des arbres, des buildings sont arrachés mais la voiture attaché avec son treuil, elle résistera. On sert cependant un peu les fesses pour s’accrocher avec eux, mais le rire l’emporte sur le drame. Et quand le sérieux reprend la main, on nous recolle les deux abrutis qui surfent sur la tornade.

Ce que l’ont attend de toute façon avec ce genre de film c’est cette démonstration de déchainements des phénomènes climatiques, tel le bon téléspectateur qui regarde les informations du 20h pour voir l’étendu d’une catastrophe, mais le souci c’est que l’on est continuellement pollué par des acteurs méconnus, sans aucun charisme avec une écriture très minimaliste et peu brillante. Cette intelligence n’entachera pas que les acteurs d’ailleurs, le distributeur se fond aussi dans son ineptie. En traversant les frontières de nouveaux on nous offre la traduction d’un titre original anglais en un autre titre en anglais. Quel intérêt? Pointé souvent du doigt, cette petite liberté inutile pour ne pas dire débile (car y a eu pire avec Pain & Gain) continue de perdurer.

Twister de Jan De Bont offrait une « étude » météorologique un peu plus poussée et même si le temps n’aidant pas, il en reste 20 ans plus tard un film plus impressionnant par son casting et ses effets. Depuis le cinéma avait oublié les tornades, si ce n’est de les mélanger avec des requins. « The return Into the Black Storm » lui nous offrira beaucoup de vent et un film aux allures de blockbuster qui finira cataloguer en série B-idon par son manque d’ambition et non de moyen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.