Black Swan (2010)

Le lac des cygnes revistited [Spoiler inside]

Black Swan

Réalisé par Darren Aronofsky

Avec Natalie Portman, Vincent Cassel, Barbara Hershey
Pays:  États-Unis
Genres : Drame, Mystère, Suspense, Thriller
Durée : 1 h 43 min
Année de production : 2010
7.5/10

Autant vous dire que si le buzz avait pas tourné autant du film, j’aurai certainement pas vu ce film au cinéma. Mais tous le monde parle d’un film qui met mal à l’aise, le film a même un label « Avertissement » (d’ailleurs que je comprends pas) et que soit disant on en ressort bouleversé. Et malheureusement c’est les « on-dit » qui circulent qui me font mettre cette note pas si haute, au vu de la déception qu’il en ressort du faite que j’ai pas du tout été bouleversé. Je pensais le film plus dur, plus prenant. Cela n’enlève rien à sa qualité, au sujet qu’il transporte brillamment avec une Natalie Portman éblouissante. L’histoire est belle, et le parallèle entre la vie de scène et la vie privé de Nina est rondement bien mis en boite. Les prises de vues sont parfois déroutantes avec une caméra qui sursaute, avec un grain très prononcé mais qui s’oublie assez rapidement au fur et à mesure qu’on suit l’histoire de Nina.

De plus, rajoutons dans ma déception le making-of que j’ai pu voir sur le topic du film, avec le passage de la mutation de Natalie et le synopsis qui en dit bien trop sur sa schizophrénie. A force d’en lire trop on en ressort démuni, face à un film qui peut décevoir alors qu’il aurait du me surprendre mais pour ça aurait-il fallu ne pas me prévenir (faute à moi d’avoir lu certaines critiques).

Après son passage éclair dans Ocean’s Thirteen (j’ai pas vu Les Promesses de l’ombre), le chanceux (talentueux?) Vincent Cassel retente sa chance dans un film Américain en enfilant le second rôle avec brio. Mais que serai son rôle sans la brillante Natalie qui tient le film à elle seule sur ses épaules? J’ai eu l’impression de voir un film de plus de 2h bien qu’il n’en dure qu’1h40 et pourtant j’ai eu aucun moment d’ennui, c’est assez captivant.

Un film qui aurait pu échapper à Aronofsky mais qui par son talent déjanté en sort un très beau film sur un monde de folie, de peur et d’oppression qui nous est souvent inconnu: celui de la danse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.