Blindness (2008)

2015.
7 Milliards d’aveugles
Et si vous seul vous pouviez encore voir?

Blindness

Réalisé par Fernando Meirelles

Avec Mark Ruffalo, Julianne Moore, Gael García Bernal
Pays :  Brésil,   Canada,   Japon
Genres : Science Fiction, Thriller
Durée : 2 h 01 min
Année de production : 2008
8.75/10

Wow le choc! 1h du matin j’enclenche le film… 2h plus tard mes yeux étaient grands ouverts je n’ai pas sourcillé une seule seconde, c’est un film sensationnel. Je ressors tout juste de la caverne de Platon!

La réalisation est vraiment parfaite avec une photographie sublime qui met en avant une « certaine cécité » chez le spectateur. On a des passages dans le blanc/noir qui nous rendent complètement aveugles comme les personnages du film. Très rapidement on est mis dans le contexte sans aucune explication. Le chaos s’installe, et la gestion humaine devient impossible. L’impression de malaise s’installe rapidement et perdurera durant tout le film.

Le film est volontairement coupé en deux: La première partie se déroule en quarantaine, dans un endroit glauque et qui devient rapidement un dépotoir. On a de suite en tête l’image d’animaux enfermés dans une cage à qui on ne viendrait pas nettoyer leurs excréments. La guerre entre les camps s’installe, et c’est en marchandant des bijoux et des femmes que certaines personnes pourront manger. Lorsque les femmes se donnent aux hommes, on est à l’apogée du malaise. Brrr… ça file des frissons. La seconde partie se situe à l’extérieur. Quelle libération, c’est un grand souffle d’air que l’on hérite autant pour les personnages du film que pour le spectateur. Mais voilà… la situation à l’extérieur du camp d’isolement, malheureusement, est aussi déplorable qu’à l’intérieur. C’est impressionnant la reconstitution que l’équipe de tournage à mise en place pour montrer une telle déchéance de l’humanité.

Bon il y a quelques incohérences ou frustrations mais finalement on passe au-dessus tellement le film est réussi. En effet, le mari en tant que médecin aurait pu envoyer sa femme aux autorités en tant que porteur sain. C’est quand même la base pour chercher un vaccin. Julianne Moore aurait pu attaquer Gael García Bernal, afin d’éviter d’être soumise à ses actes sexuels – ce qu’elle fera mais bien après … On a constamment envie de voir Julianne Moore faire avancer les choses pour se libérer, sauver son groupe, mais par peur elle ne bougera pas, ce qui fait grandir notre frustration. Et je peux vous dire qu’au moment où le ciseau part dans la gorge d’un des enfoirés du camp d’en face, on ressent une certaine libération. C’est fou la haine que l’on peut avoir pour un acteur-personnage qui ne joue finalement que son « sale » rôle.

C’est aussi frustrant de ne pas savoir la cause de la cécité que subissent les 7 milliards de personnes sur Terre. Et pourquoi Julianne Moore est-elle la seule à ne pas devenir aveugle? Chaque spectateur trouvera sa réponse vu qu’il n’y a aucune explication concrète. Et bizarrement j’aime l’idée, je trouve ça finalement mystérieux, la question amenant d’autres interrogations autour du milieu social ou du handicap sublimement bien abordées.

Mais voilà j’étais à 5 minutes de la fin, je n’attendais aucune réponse de cette « malédiction », et un happy-end vient s’installer gâchant mon plaisir. Je ne suis absolument pas contre les happy-end mais là je dois dire que ça tombe comme un cheveu sur la soupe, et malheureusement ça gâche toute l’euphorie que j’avais pu avoir durant la totalité du film. De toute façon, il est net que cette fin pose un souci. Le réalisateur a modifié le montage après la première projection du film au Festival de Cannes: des scènes ont été supprimées, d’autres ajoutées et la voix-off a été supprimée. Et là sur le bluray, la version initiale avec la voix-off est de nouveau en place. Finalement voix-off ou pas ça ne change rien.

Suite à la rencontre touchante entre l’écrivain et le réalisateur lors de la projection, je me suis aperçu que le livre « L’aveuglement » avait une suite. Même s’il paraît beaucoup plus politique avec un thème totalement différent, ça me donne bien envie d’aller me l’acheter.

Un film d’anticipation très bien mené qui porte une certaine réflexion sur la gestion d’une catastrophe mondial sublimé par Julianne Moore et Mark Ruffalo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.