Boy (The) (2016)

The Boy

Réalisé par William Brent Bell

Avec Lauren Cohan, Rupert Evans, James Russell
Pays:   États-Unis,   Chine,   Canada
Genres : Horreur, Mystère, Thriller
Durée : 1 h 37 min
Année de production : 2016
5.5/10

A peine remise des frasques de l’abominable Annabelle, la poupée ensorcelée est de retour au cinéma en version masculine.

Avec sa jolie photographie, et sa netteté épurée, The boy a les allures du film horrifique réussi mais la déception est bien au rendez-vous. Si la première partie nous accroche par le mystère qui gravite autour de Brahms, la suite deviendra convenue et peu originale, oubliant le thème dans lequel il se destine.

Dès lors où la nouvelle « babysitter » arrive dans la maison, on est captivé par l’environnement et les personnages qui composent la maison dont l’intriguant garçon, immobile sur sa chaise. En effet, il n’est que poupée mais ses propriétaires affirment qu’il est nécessaire de s’en occuper parce que Brahms est bel et bien vivant à leurs yeux. On sait immanquablement que le film va se tourner vers le thriller horrifique et va faire jouer la vaste bâtisse et son ambiance anxiogène, mais malheureusement rien de bien terrorisant dans le développement du scénario ou à l’image.

Au final, on est déçu de ne pas avoir sursauté même le film conserve une part de mystère intéressante. Mais dès lors où la mystification autour du petit boy est désacralisé, le film se perd totalement dans une échappatoire convenue et abrutissante. Le twist aurait pu être surprenant mais me voilà échaudé quand on remarque les fortes similarités qu’il possède avec le récent film new zélandais Housebound qui utilise exactement les mêmes types de personnages et une trame identique, l’humour en moins. Heureusement, l’actrice est agréable à regarder, tout autant que l’esthétique de la poupée avec une photographie qui le rend le tout assez chic.

The boy se paye une ambiance alternative entre troubles et mystères avec une mise en scène élégante, à défaut d’être angoissante. Dès lors où on sait la vérité qui se cache derrière Brahms, le film perd toute sa saveur pour en devenir banal.

1 commentaire sur “Boy (The) (2016)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.