Capitaine Sky et le monde de demain (2004)

Capitaine Sky et le monde de demain

Réalisé par Kerry Conran

Avec Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie, Bai Ling
Pays:  Royaume-Uni,   États-Unis
Genres : Mystère, Action, Thriller, Science Fiction, Aventure
Durée : 1 h 46 min
Année de production : 2004
7/10

Sky Captain and the World of Tomorrow (USA 2004) - Astron Alpha ...Avec son graphisme particulier, on ne peut pas reprocher au film d’avoir du style. Adapté d’un court-métrage, le réalisateur devant ses fonds verts va alors composer ses plans associant transparences, explosions en images réelles, images d’archives, mattes numériques et éléments infographiques, sur des dizaines de couches. Avec son univers retro, hommage au film des années 30, Capitaine Sky est une œuvre qui, sur un démarrage marquant et détonnant, va rapidement s’enliser dans une histoire, au futurisme rétro, un peu trop bancale.

L’hommage à une époque cinématographique est palpable mais les défauts du film se cacherait-il derrière cet hommage? En effet, les incrustations numériques « ratées » dévoilent un film qui flotte dans une certaine immatérialité, avec au centre, un couple hollywoodien très glamour mais ultra-stéréotypés qui ne nous permettent pas de savoir si certains ratages sont volontaires. Jude Law et Gwyneth Paltrow ne donnent pas franchement l’impression de croire eux-même en leur prestation et Angelina Jolie viendra faire une pâle figuration assez transparente. Gwyneth Paltrow joue la potiche maladroite de service et manque franchement d’intensité et de dynamisme. Même quand elle court, on souffre pour elle de la voir se bouger un peu. Il est aussi dommage de ne pas avoir plus d’explications sur les motivations de la « femme-robot mystérieuse » qui restera au stade d’apparition modeste. Seul Giovanni Ribisi dans son petit rôle s’en sort bien.

Mais même avec un constat assez terne, l’originalité visuelle d’une époque révolue permet au film d’avoir une certaine lisibilité. Capitaine Sky et le monde de demain a une véritable identité dont la sincérité et la spontanéité font oublier sans mal les quelques imperfections. L’histoire absurde de voir atterrir des robots géants au sein d’une ville sans trop savoir pourquoi prend du sens sur sa finalité avec une morale idéaliste autour de la construction d’un monde meilleur piochant dans le mythe de l’arche de Noé. Les robots tentaculaires sont assez inventifs, tout comme les animaux inventés par le professeur Totenkopf (empruntant les traits de Laurence Olivier décédé plus d’une décennie plus tôt). Et au final, le film est loin d’être déplaisant mixant des genres qui ne sont a fortiori pas faits pour se rencontrer. Il est fort dommage que le réalisateur, Kerry Conran, suite à un bel échec au box-office, n’est pas eut le droit à d’autres chances de réaliser un nouveau projet depuis, restant sur cette seule réalisation de sa carrière. Les lois d’Hollywood sont intransigeantes et c’est bien dommage au vu du potentiel d’un gars, accompagné de son frère, pour tenter de réaliser un blockbuster!

Capitaine Sky et le monde de demain renoue avec le bon vieux film d’aventures fantastiques et de science-fiction et sort de l’ordinaire avec une technique ambitieuse et une esthétique dieselpunk novatrice, même si l’œuvre conserve malheureusement d’indéniables défauts dus à l’origine du projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.