Chasse (La) (2012)

Compétition officielle
  Afficher l'image d'origine

La Chasse

Réalisé par Thomas Vinterberg

Avec Mads Mikkelsen, Alexandra Rapaport, Thomas Bo Larsen
Pays:  Danemark
Genres : Drame
Durée : 1 h 51 min
Année de production : 2013
10/10

Il y a déjà un an j’avais eu un coup de cœur à Cannes, c’était The artist. Suite à ce coup de cœur, le film a eu le prix d’interprétation masculine. Rebelote cette année, avec ce coup de cœur pour ce film Danois, qui m’a véritablement conquis sur toute la ligne.

Commençons déjà par ce qui est reconnus par la palme. L’interprétation de Lucas (Mads Mikkelsen), le personnage principal est exceptionnel. Ses interventions sont toujours justes, toujours poignantes, son regard peu démontrer autant d’amour que de haine. Mais il n’y a pas que lui, tous les personnages qui l’entourent jouent magistralement. Que ce soit son meilleur amis (et sa bonne gueule de danois) ou la petite Klara, chaque acteur apporte son lot d’émotion et de contradiction.

C’est un film difficile, poignant, déroutant. On ne sait plus comment le héros va se sortir d’une galère qu’il ne mérite pas. On a envie de crier à l’injustice mais la parole d’un enfant à plus de poids que celle d’un adulte et il est complexe de lutter dans une situation si délicate. Surtout quand les adultes ancrent l’enfant, ici Klara, dans son mensonge. Mais finalement, qu’on soit du coté de Lucas ou des autres, on aurait tous réagit de la même manière. Une histoire terrible qui ne peut que déchirer des amitiés, c’est inéluctable. Et c’est grâce à la réalisation de Vinterberg qui met en avant dès l’introduction les relations fortes de ses personnages, que la situation de Lucas avec son environnement va être dur à digérer autant par le héros que par le spectateur.

Même si l’histoire peut s’apparenter a du déjà vu, la réalisation fait qu’elle nous balance dans un monde totalement nouveau auprès de plusieurs familles, au sein d’un village. La tension monte crescendo, et reste ensuite constante jusqu’au dernier plan. Petit artifice que de faire un plan final avec une fin ouverte qui n’a pas de grand impact sur l’histoire mais ca nous laisse finalement plein de doute, de question et d’angoisse comme pour Lucas. Ce n’est pas une fin qui se la joue au petit malin, elle est loin du twist habituelle, elle est juste là pour nous laisser sur nos gardes.

La photographie est elle aussi assez exceptionnelle. Que ce soit sur la totalité du film, ou sur des plans magnifiques comme la sortie de Klara la veille de Noël sous la neige. Chaque plan est bien pensé, les couleurs sont nets, c’est très agréable à l’œil. Je crois qu’il n’y a pas une minute du film où j’ai décroché. Un film captivant et accrocheur, d’autant plus quand on s’imagine à la place de la victime, ou du père de famille, ou même de la simple directrice d’école. Quoi penser en fonction du personnage dans une telle situation?

Une belle réussite, une belle découverte. Un vrai coup de cœur. Et non ce n’est pas un film sur la chasse et la pêche!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.