Cheeseburger film sandwich (1987)

Cheeseburger film sandwich

Réalisé par Joe Dante, Carl Gottlieb, Peter Horton, John Landis, Robert K. Weiss

Avec Arsenio Hall, Monique Gabrielle, Debby Davison
Pays:   Ă‰tats-Unis
Genres : Comédie, Science Fiction
Durée : 1 h 25 min
Année de production : 1987
5.25/10

Afficher l'image d'origineConsidĂ©rĂ© (Ă  tort) comme la suite d’Hamburger Film Sandwich, Joe Dante et quelques autres rĂ©alisateurs peu notables vont se dĂ©chainer dans du film Ă  sketchs liant dĂ©raisonnablement les deux Ɠuvres par son rĂ©alisateur commun John Landis. Carl Gottlieb, l’un des rĂ©alisateurs dĂ©clare que « pour faire rire les gens, il faut les surprendre, mais dans le monde d’aujourd’hui, il est difficile de faire plus fort que la vie elle-mĂȘme pour surprendre.« 

Mieux structurĂ© que l’Hamburger, le Cheeseburger sous couvert de nous prĂ©senter l’insignifiant film « Amazon Women on the Moon », nous dĂ©voilera en guise de publicitĂ©, des petites rĂ©clames lĂ©gĂšres et potaches. Il est toujours difficile d’apprĂ©hender ce genre de format, entre court et trĂšs court-mĂ©trage, car on passe rapidement du rire Ă  l’incomprĂ©hension. Parodiant la tĂ©lĂ©vision U.S, la majoritĂ© de l’humour de ce gloubli-boulga audiovisuel est apprĂ©ciable. Cependant, tout n’est pas rĂ©ussi, parfois nous laissant stoĂŻque face aux images d’un dĂ©lire de rĂ©alisateurs-potes que seuls eux comprennent.

Afficher l'image d'origine

Si on contemple ce Cheesburger, finalement il a une bonne gueule. Comme hors-d’Ɠuvre, nous aurons le droit aux aventures du fils de l’homme invisible. Sauf qu’il n’est pas invisible mais qui le pense profondĂ©ment, dĂ©clenchant des scĂšnes totalement dĂ©sopilante. RĂ©alisĂ© comme un « vrai » film de la Hammer, la tournure parodique est trĂšs drĂŽle et fonctionne. En guise de pain, nous avons le segment Mondo Condo, dĂ©voilant toute la malchance d’un gentilhomme qui tente de se reposer chez lui. Avec Penthouse Video, le spectateur sera rapidement mis en appĂ©tit dĂ©voilant les formes de Monique Gabrielle. Le croustillant arrivera sur le chapitre final avec les jolies formes de Corinne Wahl dans une VHS interactive surprenante, louĂ©e par notre vidĂ©aste prĂ©fĂ©rĂ© Russ Meyer! L’émission tĂ©lĂ©visĂ©e autour des grands mystĂšres de l’humanitĂ© dĂ©voilant le vrai visage de Jack L’éventreur en la personne du monstre du Loch Ness est sympathique mĂȘme s’il faudra s’approprier un second, voir un troisiĂšme degrĂ© pour pleinement l’apprĂ©cier. Le petit court-mĂ©trage Two I.D.’S sur la sĂ©duction est lui aussi divertissant, mĂȘme si le rire est plus discret. Enfin, pour les plus gourmands, dĂ©couvrez la publicitĂ© d’une pĂątĂ© drolatique.

MĂȘme si la composition de ce casse-croĂ»te n’est finalement pas mauvaise, on reste sur notre faim avec la publicitĂ© Hair Looming dĂ©sastreuse. Un accouchement avec la perte du bĂ©bĂ© dont la finalitĂ© est bien mĂ©diocre, tout comme le segment autour des prĂ©servatifs Titan. Un homme qui passe du cotĂ© de l’Ă©cran sans vĂ©ritable intĂ©rĂȘt si ce n’est de s’incruster dans les autres segments. Une bataille entre la « vidĂ©o » et les pirates, tout juste potable. AMAZON WOMEN ON THE MOON, 1987, (c)UniversalUne cĂ©rĂ©monie funĂ©raire peu Ă©logieuse et trop longue et quelques interludes pas ou peu intĂ©ressants, dont le cƓur du sujet: Woman on the Moon!

Ce patchwork de sketchs fera place tout de mĂȘme Ă  quelques apparitions fĂ©minines agrĂ©ables telles que Michelle Pfeiffer, Rosanna Arquette ou Carrie Fisher. Alors que le tout est quand mĂȘme relativement vieillissant avec une mise en scĂšne variable en fonction des segments, Cheeseburger film sandwich est le genre de film qui se regarde sans dĂ©plaisir. Il aurait Ă©tĂ© juste judicieux de garder le meilleur de l’Hamburger pour le mixer avec ce Cheesburger et ainsi avoir un saisissant repas. Les goĂ»ts (en matiĂšre d’humour) sont variables, chacun se saisira goulument ou non de l’Ɠuvre… Bon appĂ©tit.

Humour parfois vieillissant, cette mosaĂŻque de sketchs prolifĂ©rant de nombreux gags cocasses se regarde sans dĂ©plaisir. Le label Landis/Dante appĂątera les plus cinĂ©philes d’entre nous, les sourires seront itĂ©ratifs mĂȘme si leur humour n’est pas toujours trĂšs fin avec des gimmicks Ă©culĂ©s.

1 commentaire sur “Cheeseburger film sandwich (1987)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.