Cheval de guerre (2012)

Cheval de guerre

Réalisé par Steven Spielberg

Avec Tom Hiddleston, Benedict Cumberbatch, Toby Kebbell
Pays:  États-Unis
Genres : Drame, Guerre
Durée : 2 h 26 min
Année de production : 2011
8/10

Il descend de la montagne à cheval, il descend de la montagne sans son cheval… Après les merveilleuses aventures Tintin en animation, Tonton Spielberg est de retour dans un film beaucoup plus intimiste pour le plus grand bonheur des cinéphiles et fanatiques de Spielberg. Le revoilà dans un domaine qu’il connait bien (en même temps il est capable de tout ce génie), en mêlant une histoire humaine et animale à travers un véritable film de guerre.

Maître dans son art, Spielberg nous offre une épopée magistrale à travers les yeux d’un cheval qui devient le personnage central du film. Grâce à cet étalon, on va passer du camp de l’armée anglaise au camp de l’armée allemande en passant par des civils. Joey, le téméraire, laissera à chaque fois une trace impérissable dans les mémoires.

Le départ nous semble tout droit sorti de 30 millions d’amis, on sait très bien que ce cheval va être exceptionnel alors que beaucoup le pense trop fougueux pour être apte à labourer les champs., mais c’est cette relation qu’il a avec les hommes qui nous émerveille. On semble au premier abord peu surpris, on découvre un film qu’on semble déjà avoir vu par le passé. Mais dès que les sentiments s’entremêlent et que l’action se détache, on est totalement projeté dans le début du siècle dernier à dos de ce cheval, entre guerre et paix.

Le contraste entre la beauté des paysages anglais avec ses beaux chevaux et le monde des tranchés avec ses barbelés est d’une efficacité sans précédent. La scène du cheval qui tente de s’échapper à travers les flammes et les projections de la guerre est une scène qui rend hommage à la photographie de Janusz Kaminski en nous en mettant plein les yeux. C’est totalement bluffant, et vu que les effets CGI sont très discrets, on se demande si il y en a (soyons pas dupe il y en a certainement), et cela nous interpelle de savoir comment le cheval a réalisé ses prouesses dans l’hypothèse ou il est réel.

Entre tragédie et film historique, il y a pas mal d’humour entre les personnages et le cheval. Que ce soit dès l’entrainement de celui-ci, trop feignant pour lever la patte, aux scènes de guerre dans les tranchés face aux sifflements des soldats. La scène d’ailleurs entre l’allemand et l’anglais apaise le spectateur (ça nous rappel le film Joyeux Noel de Christian Carion) et nous amène un peu de légèreté dans ses images souvent difficiles sur des conditions humaines et animales rudes.

Cheval de guerre apparaît comme un contre-pied à l’évolution de sa carrière et un retour aux sources pour le réalisateur. Ce n’est pas un film majeur de sa filmographie mais il est tellement puissant en termes visuels et d’ampleur du récit qu’il en devient un gros film mineur. Encore du bon pour tonton!

Bravo l’artiste!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.