Chèvre (La) (1981)

La Chèvre

Réalisé par Francis Veber

Avec Pierre Richard, Gérard Depardieu, Pedro Armendáriz Jr.
Pays:  France,   Mexique
Genres : Comédie, Crime, Aventure
Durée : 1 h 30 min
Année de production : 1981
4/10

La recette pas si bête de La chèvre | ICI.Radio-Canada.caUn classique sur lequel je passe totalement à côté. Belle douche froide sur une découverte bien trop tardive qui m’a fait que trop peu esquisser de sourire. Pourtant, Pierre Richard est irrésistible dans son rôle, pratiquant son éternel numéro du « distrait ». Quant à Gégé Depardieu, fidèle à lui-même, distribue des coups de boule et s’étonne de la bêtise endémique de son comparse. Le problème c’est que le montage rend son jeu parfois bien médiocre et peu rythmé. Trop récité, le duo sonne pas toujours très juste.

Les gags ont mal vieilli et font souvent un beau flop. La musique de Vladmir Cosma, si ce n’est sa sonorité ultra-culte va nous rendre chèvre à force de répétition. La mise en scène repose sur un scénario bien trop mince et le ridicule n’est finalement pas assez sagace, même si la piqure de guêpe vaut quand même le coup d’oeil!

François Perrin ne vaut décidément pas François Pignon dans le petit monde sardonique de Francis Veber. Franchement déçu, il faudra attendre une vingtaine d’années pour que Veber réitère l’exercice avec deux films hilarants maniant efficacement le « con » avec François Pignon et Quentin de Montargis. On retiendra cependant une des premières scènes de Pierre Richard à l’aéroport qui se bat pour avoir un chariot avec une croustillante réplique:

« – Vous m’avez traiter d’abruti! Je pratique les arts martiaux : judo, aïkido, karaté. La première chose qu’on nous apprend, c’est le contrôle. Un type me traite d’abruti, je cogne pas, je le regarde et je m’en vais.  – Et ben tire-toi alors ! – Vous avez d’la chance. Allez prenez c’chariot et filez ! – Gros connard. – Vous avez d’la chance… – Pédé. – J’suis arrivé à contrôle total. En route. Pardonnez-moi cette démonstration d’force mais j’ai horreur qu’on m’marche sur les pieds ».

Un humour constant, qui manque cependant d’intensité et de finesse… ou alors un humour déjà d’un autre temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.