Chute de Londres (La) (2016)

La Chute de Londres

Réalisé par Babak Najafi

Avec Gerard Butler, Aaron Eckhart, Morgan Freeman
Pays:   États-Unis
Genres : Action, Crime, Thriller
Durée : 1 h 39 min
Année de production : 2016
4.75/10

Suite directe de La chute de la maison blanche, la chute de Londres est un film d’action ultra prévisible du début à la fin. On sait immanquablement que tout va déraper lors d’un regroupement sous hautes autorités concentrées dans une unique ville et que le héros va tout arranger avec son petit pistolet et son habilité exceptionnelle, seul contre des troupes terroristes organisées.

Afficher l'image d'origineBeaucoup de films se présentent ainsi, qu’ils se prénomment John (McClane), Jason (Bourne) ou James (Bond), cependant on attend un peu plus d’un film d’action que d’être constamment dans la fuite à éviter les méchants. Le problème majeur de cette suite est d’oublier de nous surprendre. Jamais le scénario ne créé de tension nous laissant passif face à des voitures qui virevoltent ou des balles qui fusent dans tous les sens. Le résultat de cette « redite » est beaucoup moins efficace que le premier opus, et même si on est attaché à Gerard Butler, avec sa belle gueule et sa simplicité, le film manque réellement d’ambition, bien loin du niveau du premier film, qui avait la primeur de visiter les moindres recoins de la maison blanche.

L’inconnu réalisateur iranien, Babak Najafiqui, banalise sa réalisation et arrive même à bâcler certaines scènes. L’assaut au milieu des rues de Londres est bien trop sombre, on cherche parfois l’ennemi, même si heureusement Gégé arrive à éviter les roquettes, et ainsi éclairer l’arrière-plan par de magnifiques boules de feu. Un plan-séquence tente de faire son apparition, et même si on souligne la volonté de rendre une scène immersive avec tous les inconvénients d’une telle mise en scène, il n’en reste pas moins que la séquence en devient quelconque. Les attaques multiples et successives de Londres sont furibondes. Un rare moment qui nous éveille, et qui nous rappelle les multiples attaques terroristes de notre réalité. Si les Chinois sont les ennemis de Washington, ici ce sont les Islamistes qui attaquent l’Europe, histoire de se coller à une réalité plus proche. Cependant, on se demande où est passé le budget, parce que même si ça dynamite pas mal avec des effets parfois « borderline », ce n’est pas le film le plus détonant que l’on ait vu ces dernières années. Juxtaposé à l’action, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent, c’est le néant. Aucune profondeur des personnages, l’intrigue est pauvre et une vague complicité se dessine entre le président et son garde du corps. La taupe est hyper mal amenée, peu de réflexion autour de son implication avec l’ennemi, le traite tombe sans surprise.

Mike Banning a beau avoir le charisme nécessaire, il ne rivalisera pas avec son homologue John McClane. Heureusement, il est sympathique et le président l’accompagne avec bravoure – et inversement. On aurait pu se passer du pénible tableau dépeint, avec le futur père de famille qui va partir en mission alors que Madame est enceinte, présageant le pire avec le non-retour du paternel. Pas de quoi nous émouvoir, parce que tout simplement on n’y croit pas, tout comme sa lettre pour dire: « Adieu, patron ». La trilogie semble pointer le bout de son nez, on espère juste que Mike Banning ne subisse pas le même affaiblissement que Bryan Mills (Taken).

Qu’il faille mettre son cerveau sur off pour regarder ce genre de film ne pardonne en rien le vide qui gravite autour du scénario. La crédibilité du « seul contre tous » laisse à désirer et de la teneur du message véhiculé est assez limitée. Un film d’action peu spectaculaire, tout juste sympathique, même si heureusement Gerard Butler fait honneur à la saga!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.