Coby (2017)

Sanstitre6

Coby

Réalisé par Christian Sonderegger

Avec Coby/Suzanne
Pays:  France
Genres : Documentaire
Durée : 1 h 17 min
Année de production : 2017
5.5/10

Bienvenue sur « Acid-TV », avec le documentaire du soir sur la transformation d’une femme voulant devenir homme. Née et enfermée dans un corps qu’elle rejette, Suzanne va alors se métamorphoser pour devenir Coby. Le documentaire, qui veut se faire passer pour un film mixant archive Youtube du passé et interview du présent est d’une constitution ultra-classique. Si la transidentité a fait du chemin ces dernières années, le regard sur les transgenres a encore besoin de maturité. Il n’est pas anormal de se questionner quand on croise une femme qui ressemble à un homme, ou inversement, seul eux peuvent comprendre pleinement les raisons de ce genre de métamorphose et le film essaye de décrire ce que ressent le personnage de Coby.

Ce qui est dommageable, c’est que le réalisateur se focalise sur une personne qu’il semble connaitre, sans chercher à pousser le vice du transgenre extrême en s’orientant sur l’actualité, face au premier transgenre (ex-femme devenue homme) à accoucher. Là le sujet aurait pu apporter une réflexion morale, extrémiste et intéressante. Cela aurait permis de montrer les dérives à son paroxysme, et surtout voire des images inédites d’un homme entrain d’accoucher d’un enfant, un nouveau regard d’une société « libre » en pleine mutation (et encore la génétique et la chirurgie ne sont qu’à leurs débuts – attendons les prochaines greffes de têtes pour soulever les questions morales et éthiques).

Ici, le documentaire restera plus que classique, en ressortant les archives Youtube de Coby et faire vivre au spectateur la mutation chronologique de Suzanne. En France l’idée du transgenre est toujours mal perçue et l’idée de trauma toujours présente. Il faut que ce soit une maladie mentale pour avoir droit à la testostérone et à la chirurgie, sinon, la sécurité sociale ne rembourse pas. Aux USA on a évolué vers un accompagnement, et c’est aussi pourquoi Coby n’est pas inintéressant, que l’on comprenne ou non les motivations à changer d’identité.

Il devient Elle. Elle devient Il. Suzanne, en pleine crise identitaire, retrace et assume sa « mutation » à devenir Coby. Un parallèle au cinéma par les frères Wachowski qui sont l’exemple même du transgenre. Pourtant talentueux et célèbres, ils assumeront leur part de féminité dans un monde à la vision parfois étriqué. Et ça se comprend!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.