Au cœur de l’océan (2015)

Au cœur de l'océan

Réalisé par Ron Howard

Avec Chris Hemsworth, Benjamin Walker, Cillian Murphy
Pays:   Canada,   États-Unis,   Australie,   Espagne,   Royaume-Uni
Genres : Action, Aventure
Durée : 2 h 02 min
Année de production : 2015
5.5/10

Afficher l'image d'origineRéalisateur émérite au classicisme tout droit sorti de l’âge d’or d’Hollywood, Ron Howard s’attaque à l’adaptation cinématographique du livre de Nathaniel Philbrick, qui narrait le naufrage du baleinier Essex en 1820, histoire qui inspira Herman Melville pour son célèbre roman Moby Dick.

L’aventure en mer est toujours une expérience périlleuse, qui plante souvent le spectateur au large dans un terrain hostile et inconnu. Ici, c’est proche des baleines que nous contemplant l’aventure. Si la notion de sacrifice, face à un métier d’un autre temps, est palpable tout le long du film, jamais nous ne sommes dans la crainte de perdre un personnage certainement parce que l’on ne s’identifie jamais à eux. Les attaques de ces pêcheurs de l’extrême face au mastodonte qu’est la baleine, l’animal le plus imposant de notre planète, n’est pas une partie gagnée. Malheureusement, la mise en scène convenue et formatée, rend les attaques finalement assez sereines et manque cruellement de tension. De plus, le fait de savoir que le vieux pécheur, narrateur de l’intrigue, se trouve être le jeune homme sur le bateau, atrophie le dénouement final supprimant toute tragédie.

Si le travail autour de la photographie d’d’Anthony Dod Mantle a été jusque-là sobre et remarqué, ici le rendu est totalement artificiel. Cette image verdâtre peu naturelle voulant retranscrire un effet vieilli exclut totalement la simplicité et le réalisme de certaines scènes. A vouloir rendre immersif les scènes en balançant la caméra dans des raz-de-marée d’éclaboussures, nous sommes presque ennuyés de vouloir constamment essuyer l’objectif de la caméra. Ces effets immersifs sont réussis quand on l’utilise à bon escient. Ici, la multiplication de certains plans devient redondant avec des effets visuels débordant d’exubérance. Et le pire dans tout ça c’est qu’on sent que la plupart du temps, le tournage s’est fait dans un bassin en y rajoutant du matte painting numérique bien baveux.

Pour rester dans les mémoires, une scène anthologique aurait été bénéfique, plus que la redondance des queues de baleines plongeant dans l’océan. Si la beauté de l’animal est indéniable, le film quant à lui semble bâcler tous les moments forts que ce soit sur le naufrage des baleiniers, que sur les quelques attaques tout juste impressionnantes. Œuvre pas désagréable mais qui manque une once d’humanité et d’émotion, ce que Ron Howard sait généralement bien retranscrire.

Une aventure ennuyeuse, parfois lisse. Une odyssée flottante qui manque autant d’intensité que d’émotion. Venant du très académique Ron Howard, on ne peut qu’être déçu, même avec une mise en scène maritime éclaboussante!

5 commentaires sur “Au cœur de l’océan (2015)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.