Dark Knight Rises (The) (2012)

Soit on meurt en héros, soit on vit assez longtemps pour se voir endosser la peau du méchant.

The Dark Knight Rises

Réalisé par Christopher Nolan

Avec Christian Bale, Gary Oldman, Tom Hardy
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Crime, Drame, Thriller
Durée : 2 h 44 min
Année de production : 2012
6.75/10

Même si ce dernier opus de la trilogie conclue agréablement cette belle saga et reste dans la lignée des deux autres, j’en ressors assez déçu. En effet, les première 90 minutes m’ont ennuyé, ce n’est pas assez « Batmanien », Nolan prend son temps (pour un 3ème opus c’est pas utile) et le grand méchant Bane ne m’a que moyennement emballé. Son jeu indescriptible à travers son masque, détectable juste par ses clignement d’yeux est franchement pas la meilleur chose pour un méchant. Par contre quand on sait que c’est Tom Hardy qui se cache derrière le masque, on peut être quand même assez impressionné par la métamorphose de l’acteur.

Après l’attaque massive de Bane, le film prend une tournure bien plus haletante et touchante. On voit Bruce Wayne qui tente de se relever après une première partie d’un super-héros abattue. Enfin! ça bouge un peu et l’intrigue prend du sens. Les scènes aériennes sont pas si impressionnantes que le tournage nous présageait, ca manque d’une scène mythique, mais dans la globalité les effets spéciaux sont une réussite et ne pollue pas notre visuel au détriment du scénario, même si celui-ci tient grâce à son twist final, petite facilité de la part du scénariste Jonathan Nolan. La force de ce chapitre encore une fois est la mise en avant de Gotham City, personnage à part entière dans l’univers de Batman.

Annoncé comme le film le plus noir, je trouve que le Joker apportait une touche plus folle et bien plus noire (la mort de l’acteur aide aussi) que Bane. Catwoman, a beau etre une belle brune, elle frise parfois le ridicule, son personnage est assez faible. Elle est loin d’avoir les griffes de Michelle Pfeiffer et l’écriture de son personnage manque de profondeur. Le charismatique Gary Oldman tiens toujours son personnage, il reste un élément qui se révèle à chaque fois dans cette trilogie. Quand à la mort de Marion Cotillard, y a de quoi rire quand on voit un gif animé isolé du film, mais franchement ça passe très bien dans le film, y a pas de quoi s’alarmer ou de lui jeter des tomates. C’est une actrice talentueuse, qui a su traverser avec brio l’Atlantique, et je trouve ça dommage qu’elle n’est pas plus de soutiens de la part des frenchy.

Le bluray comme d’habitude déboite niveau image, en outre niveau son c’est infernal cette musique qui entête avec un son souvent plus fort que les voix. Par contre où est la promesse de Hans Zimmer qui voulait un chant mondial pour sa B.O (pas de crédit à la fin)? En tout cas, on ne peut pas lui reprocher d’avoir de nouveau réussi à créer une belle ambiance autour des images de Chritopher Nolan.

Une trilogie rondement bouclée avec sa touche larmoyante de rigueur, même si la dernière séquence aurait mérité de disparaitre laissant ainsi le doute envahir le spectateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.