Dernier loup (Le) (2015)

Le dernier loup

Réalisé par Jean-Jacques Annaud

Avec Shaofeng Feng, Shawn Dou, Ankhnyam Ragchaa
Pays:   France,   Chine
Genres : Aventure, Drame
Durée : 2 h 01 min
Année de production : 2015
6/10

Afficher l'image d'origineAdapté du best-seller chinois Le Totem du Loup, le réalisateur de L’ours et des Deux frères a réussi à nous émerveiller en nous racontant de belles histoires avec de magnifiques images. En sublimant les animaux, il est devenu le réalisateur français le plus expérimenté pour se plonger dans le règne animal.

Navigant entre le documentaire animalier, le récit ethnographique et la fable écologique, J.J. Annaux perd en cohérence à ne pas vouloir se positionner dans une véritable fiction. Le souci majeur du film vient à la fois d’un rythme trop découpé laissant place à une première partie animée et intéressante pour s’échouer dans une seconde partie moins captivante sur la relation d’un jeune chinois et son loup. Une relation qui sert de toile de fond et qui n’apporte rien au sujet principal autour de l’éradication des loups de Mongolie.

Si le loup est un animal dangereux, le peuple Mongol avait compris l’équilibre qu’il pouvait apporter. Annaud laissera la bête à l’état sauvage sans jamais l’apprivoiser. Le loup est une menace et il n’ira pas à la facilité en le rendant docile, même en captivité. Comme dit durant la promotion du film: « On ne dresse pas les loups. Les loups sont des animaux très sauvages très rebelles, très rétifs, tout à fait dangereux… ». D’ailleurs il en fera la démonstration dans une majestueuse cavale face à des chevaux qui seront amenés à s’échouer dans un lac gelé. La scène, même si animal, est cruelle. Le constat est lourd et l’hécatombe sera sublimée par un tableau glacial.

loupSi la magie des grandes steppes mongols et la fascination naturelle que nous éprouvons pour les loups fonctionnent à l’image, l’émotion manque. Si on parle d’images difficiles, face à des loups repoussés, torturés ou tués, jamais l’émotion ne nous envahit. Pourtant on sourcille avec le cœur ballant quand on voit les bébés loups attrapés par la queue puis lancés dans les airs pour être offert à Tengri. Des images marquantes pour un film qui pourtant ne laissera pas une forte empreinte dans la filmographie riche de J.J.Annaud. Avec près de 50 dresseurs pour 200 cheveux, 1000 moutons et 25 loups et 600 personnes sur le tournage dont seulement 9 français, cette production chinoise est surtout une ode au respect de la nature.

Après avoir côtoyé les ours et les tigres, J.J.Annaud explore le milieu naturel des loups. Entre documentaire anthropozoologique et fable écolo, le charme indiscutable et la beauté des images effaceront certains défauts. Mais, au prix d’un réel travail d’écriture cinématographique, Le dernier loup aussi noble et séduisant qu’il soit, reste décevant.

10 commentaires sur “Dernier loup (Le) (2015)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.