Doctor Sleep (2019)

Stephen King's Doctor Sleep

Réalisé par Mike Flanagan

Avec Ewan McGregor, Rebecca Ferguson, Kyliegh Curran
Pays:  États-Unis
Genres : Horreur, Drame, Fantastique, Thriller
Durée : 2 h 31 min
Année de production : 2019
7/10

5 Biggest New Movies of November 2019: Terminator, Doctor Sleep ...Faut-il être passionné ou un brin inconscient pour passer derrière Kubrick pour réaliser une suite du film Shining? Le réalisateur Mike Flanagan adorateur de Stephen King mais aussi fan de Kubrick se trouve ainsi, assis entre deux chaises pour adapter la suite du livre écrite en 2013 tout en respectant la fin de Shining, rejetée par l’auteur.

Ce qui paraît bizarre aux premier abord, c’est la construction de Doctor Sleep, avec ses créatures et capacités de dons et l’ambiance fantastique assez racoleuse. À travers des méchants bohèmes qui vapotent des petits enfants, l’esprit de Shining a du mal à coexister avec cette suite. Les thématiques sont suffisamment éloignées de l’atmosphère glaçante de Shining, pour se croire dans une œuvre tout autre de King. À l’instar de la trilogie de Shyamalan, on se retrouve avec deux histoires différentes qui se raccrocheront (que) sur la dernière partie. C’est la présence permanente du Shining possédée par Danny qui va permettre de lier l’aspect fantastique du diptyque.

Dès lors où les souvenirs du film Shining apparaissent, on se réjouit d’en redécouvrir ses travers, les scènes sont toujours habiles et traduisent les tourments de son héros ainsi que son évolution. La mise en scène de Flanagan est inspirée dont le travail soigneux de sa photographie rendant hommage à l’œuvre de Kubrick. Ewan McGregor se montre bon par la sobriété de son jeu. Il parvient facilement à susciter l’identification tout en conférant une douleur perceptible jusque dans ses regards. Rose interprétée par Rebecca Ferguson réjouissante de vilénie et de charme est très bien aussi.

Petit à petit l’atmosphère envoûtante se dévoile. Le temps de quelques secondes, l’Overlook devient le théâtre de scènes revisitées dans une ambiance vétuste. Toute la séquence dans l’hôtel rend formidablement hommage à Kubrick, aucune pièce n’est épargnée. La nostalgie étant assurée, il faut quand même avouer qu’il était assez délicat et compliqué de lier à la fois l’héritage du film de Kubrick et l’œuvre de Stephen King.

Doctor Sleep n’aura pas les mêmes honneurs que son illustre prédécesseur au cinéma. Sa faiblesse est en partie prévisible puisqu’elle est également la faiblesse de la trame de King, à savoir l’axe narratif concentré sur Abra. Le lien avec Danny est mal amené. Pourquoi ne pas avoir fait un lien direct afin de se concentrer plus sur Rose et Danny sans se fourvoyer dans un personnage annexe. Hormis ce détail, qui n’en ait plus un car il concentre la majorité de l’histoire, il en reste pas moins que le film est déroutant et captivant parce qu’il a cette chance de marcher dans l’ombre d’un chef-d’œuvre. Sans cela sa visibilité aurait-elle plus mauvaise?

Une revisite de l’Overlook pas utile et pourtant pas désagréable. « Doctor Shining » se confond avec maladresse à ses origines, sauvé par une mise en scène brillante!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.