En avant (2020)

En Avant

Réalisé par Dan Scanlon

Avec Tom Holland, Chris Pratt, Julia Louis-Dreyfus
Pays:  États-Unis
Genres : Animation, Familial, Aventure, Comédie, Fantastique
Durée : 1 h 42 min
Année de production : 2020
7.5/10

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMDAzZmY0ZjI3MTc5MjExMTVmZGIzOTBlZDA4N2U2Nzg5NDc?width=1260&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=f51cb28bbf6308aee1fe0cee544d15e276611de824e212b90c6725c0ab7e8268La magie Pixar/Disney est de retour à travers un monde fantastique teinté d’heroic fantasy. Jamais parodique, parsemé de clins d’œil au genre, le récit initiatique va ravir les amateurs de jeux de rôles mais aussi de Buddy movie.

Le design des personnages est comme d’habitude bien pensé de la part de Pixar. Certains caractères, comme celui de la mandragore, ne sont pas toujours très heureux avec des looks mythologiques mais dans l’ensemble le coup de « crayon » est parfait. L’idée du père à moitié reconstitué est absurde mais l’animation du personnage rend drôle la situation. De plus, réussir à animer juste une paire de jambes n’était pas une tâche aisée mais même en étant à moitié présent, le père arrive à transmettre des jolis moments de tendresses avec ses fils. Transpirant l’authenticité de ses propos, En-avant réussit immédiatement à offrir une grande empathie pour ces deux frères que tout oppose. Ian, l’introverti avec un grand manque de confiance en lui et Barley, boule d’énergie comique, toujours prêt à l’aventure et adepte des vieilles légendes d’antan vont réussir à créer un duo complémentaire. La force du film réside dans sa simplicité et sa sincérité. On y aborde une quête personnelle profonde, les liens familiaux dont l’importance des deux frères à être là, l’un pour l’autre et une subtile réflexion sur le deuil.

La dynamique de l’intrigue est bien proportionné sur toute la longueur du film amenant même certaines scènes avec une tension palpable dont la scène du pont invisible. Le seul véritable regret est la caractérisation du dragon final qui manque d’intensité, de créativité avec un drôle de look et surtout d’une scène au climax un peu léger, heureusement, rapidement rattrapé par une finalité étonnante entre le père et ses fils. Une fin sensorielle et difficile avec un sacrifice que peu de film d’animation ose.  Alors, ici pas de fin malheureuse, mais, une ambiance triste dans un moment joyeux. Pixar arrive en quelques secondes à mélanger les émotions, alors que jusque-là, le spectateur n’était engagé que dans une simple et féérique aventure.

Un conte mystérieux qui manipule différentes thématiques et émotions avec succès. Pas le meilleur Pixar, mais un très bon Pixar!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.