Ennemi intime (L’) (2007)

L'Ennemi Intime

Réalisé par Florent-Emilio Siri

Avec Benoît Magimel, Albert Dupontel, Mohamed Fellag
Pays :  France
Genres : Histoire, Guerre
Durée : 1 h 50 min
Année de production : 2007
6.5/10

Il est indéniable de dire que notre petit français Florent-Emilio Siri a du talent. Tout ce qu’il a fait j’ai aimé, il a su même me surprendre et même si je reste mitigé suite à la découverte de ce film, je reconnais son travail et ses recherches derrière ses réalisations.

Il devra remonter cette fois près de 50 ans d’histoire pour nous offrir une image aussi intense que terne sur la guerre d’Algérie. Malheureusement je suis resté parfois trop passif face à sa démarche d’exorciser le traumatisme de la guerre envers ses soldats. J’attendais qu’il pointe plus fortement l’impact psychologique envers les responsabilités de la France durant ce conflit.

Même si la seconde partie nécessite la première (et vis et versa), j’ai trouvé le film mal proportionné. On reste trop longtemps en proie face aux rebelles planqués aux quatre coins du désert algérien. Et même si c’est animé, certaines longueurs ennuient avec une tonalité contemplative trop forte. Et force est de constater que l’intensité qu’aurait du avoir la dernière partie face au traumatisme de Magimel n’est plus. Le manque d’interaction avec les autres parties donne un rendu assez froid. Par contre du coté de l’image et surtout la photographie, elle ne cherchera pas à réchauffer l’atmosphère et reste appréciable. Son grain bleuté, parfois « sale » nous pousse vers une certaine réalité du terrain. Elle donne du cachet, une âme au film.

Du coté du casting, surprenant de voir Dupontel dans ce genre de film. Pas simple de le sortir de son contexte mais bizarrement ça fonctionne. Magimel le petit préféré du réalisateur revient dans un registre qu’il connait, c’est dommage car on à l’impression qu’il ne se renouvèle pas dans ses intentions et son jeu d’acteur.

Un film qui fluctue entre une désagréable impression de déjà vue et une réalisation brillante où on a envie d’accrocher. Siri a su me surprendre, là je ne l’ai pas été. Une note qui m’arrache les doigts, que j’ai envie de voir plus haute mais qui répercute juste mon engouement/sentiment face au film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.