Evil Dead 3: L’armée des Ténèbres (1993)

Evil Dead III : L'Armée des ténèbres

Réalisé par Sam Raimi

Avec Bruce Campbell, Embeth Davidtz, Marcus Gilbert
Pays:  États-Unis
Genres : Comédie, Fantastique, Horreur
Durée : 1 h 36 min
Année de production : 1992
7.75/10

Sam Raimi revient avec son Evil Dead pour la troisième fois et ce n’est pas pour nous ennuyer. Alors que le premier opus était ultra sérieux, et que le deux reprenait le concept de l’épouvante avec un gros trait d’humour, le réalisateur décide de nous changer totalement nos repères en nous envoyant au moyen âge à la chasse aux sorcières et aux squelettes en poussant encore plus l’humour. Outre l’aberration pour des questions de droits du « retournage » des scènes explicatives des films précédents, le sarcasme est encore plus exacerbé, le gore est atténué pour rendre un film plus proche de la bonne comédie parodique que du film gore. Cette intensité dans l’humour n’est pas sans nous déplaire quand on sait à quoi s’attendre. Si on veut rester dans l’esprit du premier film, on va en ressortir forcement déçu.

Longtemps j’ai rigolé de certaines scènes cultes et en les revoyant on peut qu’apprécier le souvenir de tous les moments nostalgiques que nous procure le film. La scène des mini-Ash pas exempt de défaut est toujours drôle, et on apprécie ces effets « old school » qui caractérise les doubles, triples… apparitions de Campbell à l’écran. La formule magique toussé par le héros est elle aussi mythique, comme les combats dans le cimetière avec les bras en os qui sortent de terre pour tenter d’éborgné Ash. Malheureusement le film vieilli pas très bien au niveau de l’image. De toute façon il n’a jamais était clean, mixant les effets ringard et de maquette en incrustation sans grande finition avec une image pas très propre.

Alors que Sam Raimi se fait plaisir dans le bricolage d’effet, il va mettre le paquet sur la dernière partie du film, en explosant totalement toutes ses maquettes, ses miniatures, ses squelettes. A coup de TNT, les os volent parmi les vivants. Là où le bât blesse c’est lorsqu’on voit les animations images par images se mêler difficilement avec les vrais acteurs qui sont très mal dissimulés sous leurs masques. Mais même si on se fait plaisir à voir ce combat magistrale, il s’éternise par moment, nous donnant l’impression de revoir de temps en temps des redites de scènes. Mais la force se trouve dans le personnage de Ash brillamment joué par un Bruce Campbell en grande forme. Et le peu de second rôle qui côtoie Ash se retrouve totalement effacé par la présence de Ash.

Une comédie drôle et débridée avec la patte du réalisateur qui s’amuse réellement à bricoler ses images.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.