Fast & Furious 9 (2021)

Fast & Furious 9

Réalisé par Justin Lin

Avec Vin Diesel, Michelle Rodriguez, Tyrese Gibson
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Crime, Thriller
Durée : 2 h 25 min
Année de production : 2021
4/10

A l’annonce de ce neuvième opus, on savait déjà que la saga partirait en cacahouète… dans les étoiles. Si l’abus de la franchise est aussi sa signature, là c’est l’opus de trop. On veut bien s’amuser avec voir virevolter des avions, des tanks ou des sous-marins, mais là sortir de la stratosphère c’est plus possible. À partir d’un tel niveau d’invraisemblance, même au second degré cela en devient gênant. Il y avait une certaine progression depuis le 5ème opus, où il fallait toujours aller plus loin avec plus d’armes, plus d’explosions, plus de véhicules atypiques… Mais malheureusement ici, la grosse artillerie se révèle finalement très décevante. Plus ridicule que spectaculaire.

La « famille » est résumée à son chef de famille Vin Diesel et quelques compagnons de route. L’esprit d’équipe n’est plus, et quand ça sent le vide, on ressuscite les disparus. Dédicace à Han qui a eu son moment de gloire Solo! Quant à Dwayne Johnson et Jason Statham, les grosses pointures du film sont ici totalement oubliés, sans aucune explication.

Alors pour combler l’insipide casting, on recrute un nouveau colosse avec John Sena. Et histoire de le faire rentrer pleinement dans la famille, quoi de mieux que de nous sortir vingt ans plus tard, le coup du frangin caché! Non mais franchement les scénaristes sont en roue libre et ne cherchent plus du tout une quelconque cohérence même dans les personnages – surtout quand les acteurs jeunes adultes [Cena plus petit que Diesel] ne mesurent pas du tout la même taille que les acteurs plus vieux [Cena a mangé de la soupe et surtout pas mal de prot’]!

Charlize Theron  et Kurt Russel viennent faire leur petit tour de guest pour quelques millions de dollars. Sans parler de l’improbable retour de la belle Jordana Brewster alors que Brian O’Conner fait du babysitting à la maison. Enfin, la cerise sur le gratin: Vin Diesel est de plus en plus mauvais! Ses scènes sont peu intéressantes, il vieillit, s’empatte et en plus ses mimiques de petite « mou » de bouche sont ultra agaçantes!

Niveau action, c’est nettement moins spectaculaire. Ah si! Magnétiser les bagnoles pour les balancer dans tous les sens, c’est fun, même si le numérique est visible sur certaines petites scènes (dont Vin Diesel sous l’eau par exemple). C’est bien dommageable quand on sait que la production est capable de défoncer la moitié d’une ville avec des bagnoles avec générosité et stupéfaction. Côté dialogues, les scénaristes ont la main lourde sur l’humour, ce qui fera plaisir aux jeunes spectateurs, mais à force de soupirer les adultes se demandent si, définitivement : « on n’a pas passé l’âge pour ces conneries »!

Une envolée dans l’espace qui n’est clairement pas suffisant pour proposer un spectacle de qualité associé à des personnages de plus en plus approximatif. En résumé, Fast 9 c’est 2h25 de facepalm! Et y a moyen encore de faire pire pour le prochain opus…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.