Fatal (2010)

Fatal

Réalisé par Michaël Youn

Avec Michaël Youn, Stéphane Rousseau, Armelle
Pays:  France
Genres : Comédie
Durée : 1 h 35 min
Année de production : 2010
6/10

Film - Fatal - Distributions JMHLe trublion préféré des ados du début des années 2000 importe sur grand écran les aventures du rappeur savoyard créé lors du Morning Libve de M6. Cette comédie culottée et politiquement incorrecte s’assume pleinement dans un humour potache et vulgaire. Michaël Youn prouve qu’il est capable de réussir à travers des idées farfelue et c’est loin d’être méprisante. Il a su imposer sa patte en tant qu’animateur mais tout autant en tant qu’acteur.

Le monde des médias et des stars ici en prend pour son grade avec ses présentatrices à fortes poitrines, ses bimbos attirées par l’argent, ses stars éphémères et ses producteurs sans vergogne. La dualité entre Michaël « Fatal Bazooka » Youn et Stéphane « Chris Prolls » Rousseau est puéril et pourtant totalement assumé. Les situations sont débiles, le résultat est assez foutraque entre paillettes et chants gueulards. Et pourtant qui ne se souvient pas de la chanson « Fout ta cagoule »! Le film est ponctué de moments intéressants et d’autres moins. La fluctuation n’est pas trop gênante du fait que le rythme est assez soutenu. La descente aux enfers de Fatal est la partie la plus fainéante, pour ne pas dire assez risible. En effet, il est assez consternant de voir l’acteur s’apitoyer sur le sort de son personnage pour le rendre encore plus ridicule que ce qu’il n’est. Heureusement, le meilleur se trouvera être le segment d’après, la partie centrale du film, là où Fatal fait un retour aux sources en Savoie à partager une idylle avec la Heidi des temps modernes, interprété par la bécasse d’Armelle. Sa quête de la fleur porte-bonheur sur les traces de son père avec la lutte du mouton enragé est totalement surréaliste, surtout dans le contexte du film. Un peu comme tout le film qui trouve une identité à travers son auteur si on excepte la copie (assumée au générique) de la scène de la falaise pompée sur le film Hot Rod. Le film essouffle un peu sur la fin, mais c’est plus dû à l’accumulation de blagues qu’à un manque d’inspiration… Ce n’est pas son meilleur film mais dans son genre c’est loin d’être déplaisant… « wesch »!

Humour lourd et peu fin, c’est du Youn! Entrainant et débile, Fatal est une comédie politiquement incorrecte qui manque pas d’inspiration au détriment de la subtilité!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.