Frenzy (1972)

Frenzy

Réalisé par Alfred Hitchcock

Avec Jon Finch, Alec McCowen, Barry Foster
Pays:  Royaume-Uni
Genres : Crime, Drame, Mystère, Suspense, Thriller
Durée : 1 h 56 min
Année de production : 1972
6.5/10

Avant dernier film de Hitchcock, ni le moins bon, ni le meilleur, un film juste honorable. Engoncé dans un confort hollywoodien avec ses budgets importants et ses castings prestigieux (ici aucune célébrité, juste une de ses blondes fétiches), Hitchcock cède à la facilité, et se contente d’utiliser ses vieilles ficelles sans rien apporter de neuf dans sa réalisation, si ce n’est quelques meurtres moins subjectif que par le passé.

Son travelling de plus d’une minute et sans musique, ni dialogue fait forte impression, même si aujourd’hui elle serait visuellement trop marquante en terme de déplacement de caméra. A l’époque on pouvait se permettre d’essayer plusieurs mouvements au détriment du scénario, actuellement on nous le reprocherait. Tout comme vouloir justifier un film pour pouvoir utiliser un ou deux plans, la spécialité du maître. L’humour noire fait toujours sa petite apparition dans ses films, et le tueur sur la victime dans le camion de patates, peut faire sourire.

Le film est assez noir, les scènes de meurtres sont toutes dévoilées à l’image et le réalisateur laisse même entrevoir pour la première fois dans un de ses films, la nudité chez la femme. Le tueur à la cravate étrangle sauvagement ses victimes, et on se laisse agréablement porter par cette enquête même si malheureusement la révélation du tueur est très vite dévoilée. Les tirages de langues lors des meurtres est pour moi un peu poussive, même si je ne suis pas médecin légiste j’ai du mal à croire qu’on puisse mourir avec de telles mimiques.

L’image du film a pas mal vieillit, je trouve que c’est le film qui a pris le plus grand coup de vieux, certes à cause d’un grain d’image très sombre et pas toujours très net, mais surtout à cause des coupes et des moustaches seventies des acteurs.

Un film avec une ambiance bien glauque qui ne dénotera pas avec le reste de sa carrière, si ce n’est d’oublier d’innover. Une œuvre marquante pour ses meurtres, moins pour son intrigue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.