G.I. Joe (2009)

G.I. Joe : Le Réveil du Cobra

Réalisé par Stephen Sommers

Avec Dennis Quaid, Channing Tatum, Marlon Wayans
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Aventure, Science Fiction, Thriller
Durée : 2 h 00 min
Année de production : 2009
7/10

Stephen Sommers revient sur le devant la scène avec un blockbuster estival après 5 ans d’absence. A savoir que j’apprécie beaucoup le travail de ce réalisateur qui mêle souvent les bons castings avec de belles scènes d’action non prise de tête. Ici on se retrouve sur le même schéma mais…

…Mais voilà, à force de pousser l’action à son apogée on arrive presque à s’en lasser. Ca ne s’arrête pas une seconde, durant deux heures de film l’action perdure, les missiles défilent de chaque coté de l’écran, ca saute, ca explose, on en prend plein la poire. Finalement on est sur le schéma d’un mix d’un Transformers et d’un Iron-Man.

Il faut pas s’attacher au patriotisme (parce qu’on s’en fout!) car il faut partir en tête que les G.I. JOE sont les rois du monde. Ils sont capables d’être à la fois sur Terre, dans la mer et dans l’espace, de Tokyo, à Moscou en passant par Paris et Washington. En deux heures il balaye la surface de la Terre, avec un treillis toujours impeccable. Ils sont fort ces Américains!

Question suspens on sait tous dès le début que les G.I. JOE gagneront certainement parce qu’on a été formaté ainsi en jouant dès notre plus jeune âge aux tout-puissants soldats américains. Comme souvent on a les gentils (l’armée américaine) et les grands méchants (les voleurs de mallettes), et bien Sommers nous offre en prime les super gentils (les G.I. Joe). Dans l’introduction on s’y perd même, ca descend des hélicoptères dans tous les sens, sans savoir qui est qui? Heureusement l’histoire est amenée de façon très rapide même si l’introduction du Moyen-âge qui dure 3 minutes ne sert finalement à rien.

Le film comporte énormément de rebondissements, on n’a pas le temps de finir une scène qu’on repart sur une autre. Au final, on aurait pu enlever un quart d’heure ca n’aurait pas dérangé… Mais la force de cette mise en scène est finalement de passer d’un combat à un autre avec juste une discrète transition. C’est bien chorégraphié mais surtout bien mixé au montage. Sommers nous offre d’ailleurs des combats souvent propres et symétriques. En effet, on a souvent le ninja noir (Snake Eyes) qui rencontre le ninja blanc (Storm Shadow), Anastasia ‘la Baronne’ Decobray Vs Shana ‘Scarlett’ O’Hara, ou les méchants robots contre les gentils robots.

Les CGI pullulent à l’écran. Y en a de partout et même si c’est discret, ca reste visible. On se demande finalement si les décors réels sont nécessaires au cinéma tellement il est facile d’intégrer ce que l’ont veut à l’écran. Fini les maquettes, les cascadeurs ou les trucages sur en studio? Peut-être pas. Ce qui me rassure un peu c’est qu’il y a eu 112 voitures détruites pour le tournage. C’est un nouveau record, détrônant Blues Brothers 2000. Finalement y a pas que des CGI! Ouf, mais jusqu’à quand?

L’action se passe à Paris (tournage à Prague, d’où les CGI, et merde! L’illusion est encore bien faite) et c’est remarquable de voir de telles scènes dans notre capitale (même si finalement ils n’ont pas du déplacer un seul pot de fleur).

Niveau casting, ils sont tous beaux nos petits soldats. Dennis « Ken » Quad se la joue un peu mais ca lui va bien, Sienna « Barbie bonasse » Miller est remarquable dans sa combinaison, tous comme Rachel Nichols. Les frères Wayans (ah non merde y en a qu’un de frère) Marlon Wayans arrive enfin à sortir de l’image de comique potache qu’il s’était donné et ca lui réussi pas trop mal finalement. Arnold Vosloo, Brendan Fraser et Adewale Akinnuoye-Agbaje, les amis de Sommers et acteurs de La momie sont de retour (même si les deux premiers ne font qu’une grande apparition).

Au final, un projet sur des jouets qui aurait pu être ridicule mais Sommers arrive à amener dans son vortex d’effet spéciaux pour nous divertir et c’est déjà pas mal!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.