Gatsby le magnifique (2013)

Gatsby le magnifique

Réalisé par Baz Luhrmann

Avec Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire, Carey Mulligan
Pays:  Australie,   États-Unis
Genres : Drame, Romance
Durée : 2 h 23 min
Année de production : 2013
7/10

Je ne sais pas comment est arrivé à mes oreilles que le film était une comédie musicale (peut être un parallèle à Baz Luhrmann), mais me voilà bien surpris d’avoir apprécié ce film et en plus de ne voir que ca ne chantait pas à tout bout de chant.

Brillamment porté par un Gatsby authentique remarquablement joué par Leonardo Di Caprio, on s’attache fortement à sa personne et à son histoire d’amour. Tout est fait pour l’aimer et le faire briller en société. Les enjeux de son histoire sont finalement complexes, l’amour qu’il porte pour une femme semble à la fois être une évidence, et pourtant difficile à concrétiser. Même si on passe la moitié du film dans un monde festif et coloré, l’histoire garde un coté très sombre de cet amour impossible. La psychologie des personnages n’est pas négligée.

On est totalement transporté dans un autre monde, dans les années folles avec une réalisation qui soigne ses images et ses décors. Le seul reproche que j’ai à faire sur l’image c’est l’intégration des images virtuelles des maisons et des plans de voltiges qui traverse l’étendue d’eau. C’est tellement propre et tellement net que ça en devient indigeste de voir du CGI à outrance sur ce genre de plan qui se raccorde mal avec le reste. Surtout que c’est plus que dispensable.

Auprès de Di Caprio, le magnifique, on nous offre le personnage de Daisy, discrète et touchante, dans un monde où la femme a difficilement le pouvoir de prise de décision. Joel Edgerton, le mari de Daisy est étincellent. Je sais pas si c’est sa petite moustache qui le rend odieux, mais on aime le détester et pourtant il ne fait que vivre son histoire d’amour interféré par l’arrivé de Gatsby et ses petits travers privés. J’ai eu un peu plus de mal avec Tobey Maguire, pas qu’il joue mal, mais ses mimiques et son physique le détache difficilement de son rôle de Peter Parker. De plus, il a un rôle de narrateur qui semble être de plus en plus futile au cours de l’histoire, laissant place aux personnages les plus forts et se résume finalement à être l’écrivain plus que le complice de Gatsby.

Une jolie romance sensitive portée par de beaux personnages d’antan adapté à la modernité actuelle. Une bonne surprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.