Green Lantern (2011)

Green Lantern

Réalisé par Martin Campbell

Avec Ryan Reynolds, Blake Lively, Peter Sarsgaard
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Aventure, Science Fiction, Thriller
Durée : 1 h 54 min
Année de production : 2011
4/10

Ce n’est pas si catastrophique que ça. C’est pas bien bandant mais ça se regarde. Comme Thor, le début du film commence au fin fond de l’espace-temps, introduisant la naissance du méchant. C’est souvent kitch car on à l’impression de voir que du CGI, sans aucune trace de tournage réel. Personnellement, j’ai du mal avec des films qui commence de cette façon. Mais après quelques minutes, retour sur Terre, avec cette fois-ci la naissance du héros. Trame souvent reprise dans les films de super-héros, un format classique sans grande originalité, tout comme le reste du film d’ailleurs. Bien évidement, il ne faut pas oublier la love story au milieu de ça.

Les FX sont pas mal omniprésents, même pour un simple décor. A l’origine ils sont là pour mettre en valeur et servir le film, non le dénaturer. Les scènes de combats avec la lanterne verte sont ce qui a de plus jouissif dans le film. En effet, il a la possibilité de créer n’importe quelles armes en une fraction de seconde, ce qui nous amène à des combats originaux avec des variantes d’armes assez sympathiques. Malheureusement pas assez exploité pour nous faire suffisamment plaisir.

Ryan Reynolds, petit nouveau d’Hollywood nous a prouvé en quelques films qu’il pouvait tenir ses rôles. Avec un peu plus de maturité, il devrait être bon. Quelques petits points d’humour de bas étages se font ressentir même si j’en retiens que la réplique de Musclor  » Par le pouvoir du crâne ancestral… » et de Toy Story « Vers l’au-delà et l’infini » pour déclencher son pouvoir. Blake Lively fait office de potiche et sert pas à grand chose. Peter Sarsgaard et sa tête d’endormi arrive à convaincre plus ou moins, les effets de maquillage aidant à le rendre un peu plus menaçant, car franchement sans ça il est bien mauvais.

Dc Comics, Marvel même combat. Comme le dit si bien Ruby Rhod: c’est pas très green, green! Film de super-héros formaté, banalisé sans grande saveur , ni originalité. Ca se regarde ce n’est déjà pas mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.