Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban (2004)

Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban

Réalisé par Alfonso Cuarón

Avec Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson
Pays:  Royaume-Uni,   États-Unis
Genres : Aventure, Fantastique
Durée : 2 h 20 min
Année de production : 2004
7/10

Résultat de recherche d'images pour "Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban"Pour la suite des aventures du jeune sorcier, Chris Columbus cède la place à Alfonso Cuaron avec une réalisation plus mature, tout en conservant l’essence de ce qu’avait mis en place le premier réalisateur. Le prisonnier d’Azkaban marque un tournant dans la saga avec l’apparition de Cyrius Black et indirectement l’aura de Voldemort qui commence à pointer son bout du nez (rire)!

La première partie se caractérise comme les autres opus à présenter la rentrée d’Harry dont un repas ballonné dans sa famille d’accueil et présentant différents accessoires magiques dans un monde étonnant, même si pas toujours utile. La mise en scène est d’ailleurs très décousue et séquencée. On sent les bribes d’éléments du livre qui sont retranscrites sans être approfondies. Hippogriffe, les livres carnivores, le bus magique, on passe du coq à l’âne, parfois déconcerté de voir le temps tourner sans creuser pleinement l’univers de Potter. De même que certains lien ne fonctionne pas avec un montage qui souffre trop d’erreurs et d’approximations. Par exemple quand Cyrius est avec Potter face au lac, il se retrouve le plan d’après en prison, face à un assaut de Potter qui vient le délivrer. Comme si entre deux plans, quelques dizaines de pages avaient été oubliées d’être adaptées.

Mais heureusement, la seconde partie du film va gagner en qualité avec une remontée du temps qui va redonner un bel intérêt au film en offrant des explications à des aspects jusque-là trop mystérieux. On aurait bien imaginé qu’Harry Potter sur la seconde temporalité se rue sur Croutard mais l’idée de revoir des scènes d’un autre angle reste relativement satisfaisante, comme souvent dans les films qui mêlent les voyages dans le temps. Les répliques sont habiles et le dénouement est bien pensé. Luppins venant de lupus soit Loup-garou va dévoiler un mystérieux visage, tout comme Cyrius, qui va se ruer sur lui, dans une confrontation piquante.

Cependant même si Harry Potter grandit et gagne en noirceur, toujours peu de traces de Voldemort ou d’une quelconque incarnation, si ce n’est verbal, pas l’intermédiaire de ses complices. On est dans une attente qui se profile petit à petit. Même les non-aficionados de cet univers peuvent se rassurer ici de se plonger encore dans la magie d’Harry Potter sur plusieurs heures!

Sous son aspect fourre-tout entre les transformations multiples, bêtes féroces ou imaginaires ou encore le retour dans le passé, cet épisode devient un tournant dans la saga, rendant les personnages plus matures dans une atmosphère plus contrastée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.