Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal (2008)

Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal

Réalisé par Steven Spielberg

Avec Harrison Ford, Cate Blanchett, Shia LaBeouf
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Aventure
Durée : 2 h 02 min
Année de production : 2008
6/10

Mitigé et pourtant… Alors que Benjmain Gates avait pompé le concept sur Indiana Jones, voilà qu’Indiana Jones nous fait du Benjamin Gates avec une histoire un peu farfelue et qui force un peu trop la surenchère.

Heureusement, notre cher Harrison Ford, même vieillit (c’est la mode des vieux qui reviennent comme Rocky, Rambo) s’en sort haut la main et arrive toujours à conserver le charisme cher à son personnage Indiana Jones depuis ces 25 dernières années. Shia LaBeouf est pas mal, parfois agaçant avec son peigne, mais son intrusion dans la saga est franchement bancale. Après avoir fait le lien avec le père sur le troisième opus, voilà qu’on se farcit le fils. Au moins cela permettra de revoir Karen Allen, nous rappelant les premières conquêtes d’Indy. Entre fils et ex-femme, le héros solitaire se retrouve à jouer de la complicité!

ImageLes effets spéciaux sont beaux et impressionnants, mais les intégrations sur fond vert sont parfois un peu trop visibles, il manque de naturel dans les scènes d’action – surtout dans les courses-poursuites dans la jungle. Je m’éterniserai pas sur la bonne blague du retour de Tarzan en la personne de Shia LaBeaouf! Seules les scènes totalement générées par ordinateur sont hallucinantes, surtout l’exposition atomique au début, avec l’image d’Indiana face au champignon atomique, c’est « flambant », c’est beau.

Fanatique et fasciné des aventures de Roswell, on a du mal à croire qu’Indiana Jones puisse se retrouver dans une telle intrigue. Spielberg continue sur la voie de la légende et de l’aventure plutôt que celle de la réalité historique.

Un moment sympathique, bien loin de la somptueuse trilogie nous rappelant tout le cinéma d’une époque déjà révolu par l’apport d’effets numériques. Papy Jones est de retour, histoire de réanimer les plus nostalgiques d’entre nous.

Revu en 2017: -0.75

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.