Intouchables (2011)

Intouchables

Réalisé par Eric Toledano, Olivier Nakache

Avec François Cluzet, Omar Sy, Anne Le Ny
Pays :  France
Genres : Comédie, Drame
Durée : 1 h 52 min
Année de production : 2011
7.75/10

Intouchables, le succès tout frais de l’année 2011 a raison de l’être. Parce que même si cela reste une comédie standard, elle est réussie, nous fait rire et reste une petite pépite de bonheur, à l’instar d’un Amélie Poulain.

Alors je ne m’arrêterai absolument pas au débat des classes sociales. Du bourge qui va recruter un black, deux mondes radicalement opposés qui vont finalement s’associer. Sans parler de la polémique inutile qui vient du fait que le film amène un black à la place d’un musulman (qui est la véritable origine du personnage de l’histoire vraie), parce que peut-être l’image du musulman aurait fait moins bonne figure. Mais arrêtons ces conneries, on a bien le droit de construire un film avec les personnages que l’ont veut. Et ce n’est pas dit qu’un Debouzze n’aurait pas amené une touche tout aussi drôle. Enfin même si j’en doute vu le talent que je découvre d’Omar Sy à nous faire rire, par le rire. Il a juste besoin de rigoler, c’est tellement communicatif qu’on a le sourire plein les dents… comme lui. Et quand je dis ça je pense à la fameuse scène de l’opéra qui m’a fait réellement couler les larmes des yeux tellement j’ai trouvé sa réaction drôle. C’est un arbre qui chante! Mouhahaha Ouai c’est con mais c’est drôle. Pourtant je ne connaissais pas vraiment le comédien si ce n’est à travers son SAV avec Fred. Mais là, même s’il joue un gars de la cité, il reste un homme correct, avec une présence que je n’imaginais pas et fait vite oublier ses origines.

Les personnages sont vrais et bizarrement quand un autre acteur intervient on le sens de suite plus faux. Le duo Cluzet et Sy fonctionne très bien. On a l’impression des fois de les voir en improvisation tellement leurs dialogues sont justes et « libres ». En plus du rire, l’émotion s’installe à certains moments sans chercher à s’apitoyer sur le sort de Cluzet mais en mettant en avant la relation d’amitié qu’ont pu construire les deux personnages. Et quand le duo se découvre par la musique, c’est juste génial. Cluzet offre des morceaux classiques sensationnels quant à Omar lui nous livre un pas de danse entrainant. Cluzet, tétraplégique trouve enfin quelqu’un qui n’est pas là pour le plaindre mais plus quelqu’un pour l’amuser et le comprendre. Et ça se sent même dans les cauchemars nocturnes de Cluzet. Les moments de partage en voiture ou en parapente sont eux aussi réussis. La scène du rasage de la barbe est elle aussi sympathique. Allez j’avoue que seule, la peinture de Omar, est assez ridicule et aurait pu être oubliée.

La seule incompréhension (et donc le passage plus faible) est lorsque Omar s’en va pour s’occuper de son cousin qui tourne au vinaigre, alors qu’après des années de galère, il a trouvé un travail qui lui plaît et qui semble prendre à cœur. Les origines de l’acteur le poussent à se retourner sur ses origines, le message est assez risible même si totalement compréhensible. Mais on peut très bien gérer les deux options en tentant de se diviser un minimum. Une osmose quelque peu ébranlée pour certainement mieux se retrouver…  au moins un petit moment.

Intouchables est un film qui amène une touche fraiche à la comédie, on rit agréablement, ça passe vite et c’est porté par deux acteurs in… touchants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.