Invasion des profanateurs (L’) (1978)

L'Invasion des profanateurs

Réalisé par Philip Kaufman

Avec Donald Sutherland, Brooke Adams, Leonard Nimoy
Pays :  Ã‰tats-Unis
Genres : Horreur, Mystère, Science Fiction, Thriller
Durée : 1h55
Année de production : 1978
7/10

Il a de la chance le Body Snatchers d’avoir été vu avant par mes soins, car pour un second remake, il n’en reste pas moins qu’un vulgaire copier-coller de celui-ci. C’est hallucinant de voir qu’un film 15 ans plus tard soit aussi semblable jusqu’à sa qualité d’image et ses effets, il aurait mérité que je le défonce un peu plus. Enfin passons à ce premier remake de Philip Kaufman.

Adapté du roman de Jack Finney et de son idée original de montrer les extraterrestres sous une forme humaine, le film s’ouvre sur des superbes images du cosmos avec des « celluloides » aux allures de mère nature qui s’envole dans les astres pour venir se poser sur terre. De belles images qui nous installent joliment dans l’histoire. Le reste va globalement s’inscrire dans ce que j’ai écris dans la critique du remake de Ferrara.

Certaines scènes sont assez violentes dont celle de la destruction du clone de Bennell. On alterne ici entre scènes kitsch très ancrées dans les années 70 (y a qu’à voir la moustache de Sutherland pour s’en rendre compte) et scènes très attachées à la science fiction aidé par un bon petit montage sonore. Les clones sont de bons augures, et même si ce n’est pas toujours très tonique comme réalisation, ça se regarde bien. Invasion avait était bien critiqué mais finalement il s’en sort pas mal au niveau de sa tension comparé aux autres remakes.

Jeff Goldblum, tout jeune, sans grande épaisseur, fera ses premiers pas dans le monde de la mutation avant d’être reconnu avec La mouche. Le duo Donald Sutherland & Brooke Adams fonctionne pas mal même si leur baiser ne fait absolument pas rêver. Le chien à la tête d’homme bondira sans savoir pourquoi il a cette tête, un élément qui ne reviendra pas dans les autres versions et qui ne nous donnera pas d’explication sur sa nature. Le petit twist final est bien amené, ni vu ni connu on rentre en total osmose avec nos amis les extraterrestres.

Aussi étrange qu’agréable, ce remake nous plonge dans une attaque d’E.T pacifique de façon poétique même si parfois troublante par leurs cris. Suite à l’apparition de Don Siegel dans le rôle d’un chauffeur de taxi, il me reste plus qu’à découvrir le film original pour finir ma rétrospective inversée des profanateurs de sépultures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.