Invasion Los Angeles (1988)

Invasion Los Angeles

Réalisé par John Carpenter

Avec Roddy Piper, Meg Foster, Keith David
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Horreur, Science Fiction, Thriller
Durée : 1 h 33 min
Année de production : 1988
7.5/10

Ca faisait longtemps que je voulais voir le film (inspiré de L’invasion des profanateurs de sépultures) j’en connaissais les extraits les plus cultes et je sais qu’un épisode d’X-files s’en inspire. Ca fait bien longtemps que je voulais le voir, mais aujourd’hui je peux dire que ce film c’est un peu comme la pub avec le second effet kiss cool! Mais qu’est-ce que c’est que cette dernière partie?

Alors que le film se déroule sur une trame classique, avec une bonne intrigue sur un complot qui guète notre humanité, il en prendra un tout autre chemin à la fin. Une fin qui m’a plutôt déçu en regard de la première heure qui est de qualité sur tous les points. En pleine période Ronald Reagan, le cinéma américain regorge de films anticommunistes, laissant Carpenter s’amuser avec les ‘ricains contrôlés par des aliens capitalistes! En effet, alors que notre héros, John Nada, découvre la face caché du monde, on s’intègre agréablement en tant que spectateur dans un double monde entre humains et extraterrestre. La vision du monde qu’il a travers ses lunettes noires est à la fois terrifiante, mais tout aussi captivante. Entre messages subliminaux, visages extraterrestre squelettique et une image en noire et blanc, on ne sait pas si on doit s’échapper à l’autre bout de la Terre de peur d’être découvert ou « envahi », ou alors tenter de trouver l’origine de toute cette manipulation et ainsi la faire découvrir au reste du monde. J’ai véritablement adhéré à cette vue interne du personnage et la vue externe du spectateur. De plus, les visages des « they » extraterrestres sont terrifiants, sublimes, innovants… je sais pas si j’arriverai à les regarder dans le « blanc » des yeux . L’invasion extraterrestre est un thème récurrent de la science-fiction mais ici, l’idée de départ et le déroulement de l’action nous entraine dans un monde sombre où la méfiance est de mise et la tension très présente.

Mais voilà, là où j’aurai posé mon 9 facile, je suis que peu convaincu après cette petite dernière demi-heure. Dès le moment où il se fight avec son pote, Franck, durant un interminable combat, j’ai commencé à lâché mon attention. Et ensuite, il nous sort une montre improbable avec un voyage spatio-temporelle qui sort de « je ne sais où », pour passer dans la base extraterrestre sans aucun véritable lien. Paf, les héros passent dans un trou bleu et les voilà dans la base entrain de voir les extra-humanoides se téléporter vers leur planète. L’expression « What The Fuck! » défini bien cette dernière partie du film et donc ce film! D’ailleurs le dernier plan est quand même assez énorme, entre science-fiction et humour, qui nous laisse quand même le sourire aux lèvres. Enfin l’acteur engagé à l’époque dans la WWF et qu’on ne reverra quasi plus excepté que dans des séries TV, est assez lourdaud et se la joue rebelle. Il faut pas s’attendre à des grandes scènes même si dans l’ensemble ça passe surtout au vu de l’histoire.

Un bon petit film modeste traitant de complot, d’invasion extraterrestre, de société de consommation qui se transforme en série B face à une fin totalement WTF!?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.