Jobs (2013)

Jobs

Réalisé par Joshua Michael Stern

Avec Ashton Kutcher, Dermot Mulroney, Amanda Crew
Pays:   États-Unis
Genres : Drame, Histoire
Durée : 2 h 27 min
Année de production : 2013
7/10

Afficher l'image d'origineBiopic qui se penche sur un des hommes les plus influent de la fin du dernier siècle, celui qui mènera Apple à devenir une des plus grandes entreprises du monde. Alors faut-il voir ce film comme une simple histoire d’un savant complexe qui tétanise autant qu’il ne fascine ou d’une véritable biographie d’un génie qui a pensé le téléphone qu’on possède tous dans notre poche ou de l’ordinateur mythique symbolisé par une pomme?

Le film Jobs montre l’ascension d’un homme solitaire et illuminé, ambitieux et impertinent. L’intrigue dévoile l’évolution de ce « manager », en marge d’un système universitaire, et qui arrive à se nuire lui-même par la volonté de tout contrôler. Confronté à ses désillusions, sa relation avec le PDG d’Apple, ex-patron de chez Pepsi, qu’il a pourtant imposé, devient le nerf de la guerre. On comprend aisément ses déceptions face à sa relégation de son propre univers. S’ensuit, sa période creuse chez Next, jusqu’en 1997. Mais sa réinsertion dans la firme est le réjouissement d’une longue attente, se transformant en une vengeance bien amoncelée d’un homme qui gagnera le cœur de ses clients, bien plus que celui de ses associés.

Ashton Kutcher se fond avec une certaine efficacité dans le rôle du jeune et frêle Steve Jobs. Ses déplacements, son regard et ses accoutrements nous rappelle l’homme à lunettes, même s’il n’était pas dans cette période encore grisonnant et aussi populaire qu’il ne l’était à sa mort – bien déjà connu dans les années 80 comme le grand rival de Bill Gates. On regrettera cependant de ne pas entrevoir sa toute-puissance, son génie et son ascension (peut-être sans embuche) en tant que co-fondateur d’une autre petite entreprise: Pixar! De même que sa psychologie est malheureusement ici pas assez approfondie, le vrai visage de l’homme semble être adouci, même si la version de 2016 se chargera de creuser un peu plus le personnage en devenant complémentaire à ce film. Le réalisateur réalise un biopic hommage et instructif autour de l’émancipation de l’entreprise la plus profitable au monde. Jobs l’a eu sa vengeance sur Microsoft! Qui l’eût cru?

Jobs a su croquer la pomme du bon côté, même si elle conserve un gout amer face à un homme décadent et obstiné. Un film qui rentre dans la ligne directrice des biopics des grands fondateurs du XXème siècle et du célébrissime rêve américain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.