Jour où la terre s’arrêtera (Le) (1952/2008)

« Klaa­tu ba­ra­da nikto* »

Le Jour où la Terre s'arrêta

Réalisé par Scott Derrickson

Avec Keanu Reeves, Jennifer Connelly, Mousa Kraish
Pays:  Canada,   États-Unis
Genres : Science Fiction
Durée : 1 h 42 min
Année de production : 2008
1952: 4/10
2008: 3.5/10

L’ori­gi­nal de 1952 ac­cuse mé­cham­ment son âge avec un scénario très creux malgré une morale d’anticipation. Ce film est certainement a replacer dans son contexte politique de l’époque, mais il en reste pas moins dépassé… d’où la matérialisation d’un remake en 2008. Il aura fallu attendre 55 ans pour nous voir arrivé finalement un déchet sans scénario, pas plus abouti que l’ancien avec une surabondance d’effets spéciaux plus inutiles les uns que les autres. Pour étof­fer le scé­na­rio consi­dé­ré comme sim­pliste, il paraissait né­ces­saire pour les scénaristes de gar­nir l’as­siette de gadgets nar­ra­tifs in­di­gestes et in­utiles, même si on appréciera l’explication de l’arrivée de Keanu Reeves qui adopte son écorce hu­maine oublié/non expliqué dans le film original. Klaa­tu in­vite les Ter­riens à faire l’amour, pas la guerre. Aujourd’hui il a changer de discours, avec un discours beaucoup plus écologique que sentimentale. Que ce soit en 1951 ou en 2008, les extraterrestres ont qu’une seule chose a dire: Peuple de la Terre, nous venons vous faire la morale… et j’en ai personnellement pas envie actuellement, les médias nous en font déjà assez pour ne pas retrouver ça dans un film de science-fiction. Michael Rennie camper le rôle de Klaatu de façon trop neutre en 1952 alors que Keanu Reeves épaulé par la sublime Jennifer Connelly reprend le rôle avec un personnage discret, sans âme ni sentiment donc toujours aussi neutre :eheh: . Keanu Reeves nous la joue à la Matrix, avec les mêmes intonations de voix et le même jeu d’acteur (on a même un plan de lui en fœtus adulte c’est pour dire!). Comment arriver a se détacher de ce genre de rôle si il ne change pas de registre!

Enfin, le remake change radicalement la donne en fin de film pour s’achever dans une tornade d’effets spéciaux aussi inintéressantes que Constantine (cette fois on a une colorimétrie dans les tons vert et non rouge, wow ça change!).Alors faut-il soulever aujourd’hui, l’utilité d’un tel remake… on aurait déjà pu se poser la question déjà plusieurs fois et d’autant plus en voyant des films comme Charlie et la chocolaterie ou La guerre des monde…. qui n’apporte rien d’autres que des effets spéciaux remis à jour mais qui offre rien de neuf rien sur le fond… Voilà la conclusion que l’on se fera des films des années 2000: Hollywood privilégie la forme et ne s’attarde même plus sur le fond.Le seul atout de ce re­fai­sage, contre toute at­tente, c’est le robot. Il ne porte plus de slip (comme en 1952) !!! Remake d’un film obsolète, qui ne marquera finalement pas les esprits des fan de la science-fiction.

Ps: « *Klaa­tu ba­ra­da nikto » phrase re­prise avec un effet co­mique im­pa­rable dans L’armée des ténèbres (1993), où cet abru­ti de Ash était in­ca­pable de s’en sou­ve­nir au moment opportun, voilà ce qui restera positif finalement de ces deux films.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.