Journée de la jupe (La) (2008)

Qui mieux qu’un prof peut comprendre ce film?

La Journée de la jupe

Réalisé par Jean-Paul Lilienfeld

Avec Isabelle Adjani, Denis Podalydès, Jackie Berroyer
Pays:  France
Genres : Drame
Durée : 1h28min
Année de production : 2008
7.5/10

Il est net que ce film sera beaucoup parlant pour un enseignant que pour la majorité des personnes extérieures qui connaissent (trop) peu le métier d’enseignant sur sa pédagogie et sur les difficultés quotidiennes que l’on rencontrent à gérer des classes de plus en plus difficile. Et c’est pour ça qu’il est bon de diffuser ce genre de projet (bien plus marquant qu’Entre les murs).

Le film extrapole le quotidien dramatique d’une enseignante en mettant toutes les situations critiques au même moment, chose que nous vivons rarement dans notre quotidien à ce stade là. Il nous faudrait 10 ans de carrière (3 mois pour les profs du 9-3) pour cumuler de telles situations. Cependant il est certain qu’il y a un malaise dans le système éducatif que nous avons en France (et certainement ailleurs) et qu’il est difficile d’instaurer un unique règlement qui parle à toute la communauté d’étudiants qui sont aujourd’hui pas capable de s’exprimer sans vulgarité, ou tout simplement se gérer (civilité, ponctualité…). Enfin, j’instaure plus un débat sur l’E.N et enseignants qui essayent cependant de toujours bien faire, que d’argumenter sur la qualité du film.

Ce huis clos est bien orchestré, mêlant élèves, professeurs, autorités et presse. Les élèves sont bons dans l’ensemble et ne surjouent pas. Isabelle Adjani est aussi belle que talentueuse. Elle campe le rôle d’une enseignante à merveille, on en oublie l’actrice! Elle mérite son césar sur ce coup. Denis Podalydès (ressemblance troublante avec Jean-Pierre Darroussin) est aussi très bon dans son rôle de négociateur.

Ce film dramatique est une œuvre touchante. Il met en avant ce que nous enseignant redoutons au quotidien.
Heureusement on gère, mais jusqu’à quand?

Anecdote: Un élément du scénario (débutant dès 2005), s’est récemment concrétisé. La revendication réclamée au ministre de l’Éducation nationale par le personnage principal, élément qui a d’ailleurs donné son titre au film, a provoqué en France une demande effective de la part d’élèves de certains établissements scolaires (et puis au moins les petits pervers pourront voir de belles jambettes), ceci avant même la sortie en salle du film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.